Skip to main content

20 Juin, 2024

SewerAI utilise l’IA pour repérer les défauts dans les canalisations d’égout

SewerAI utilise l’IA pour repérer les défauts dans les canalisations d’égout

Le changement climatique augmente le risque, le taux et le coût des pannes d’égouts. Les inondations sont de plus en plus fréquentes, entraînant des refoulements qui submergent souvent les systèmes de traitement des eaux usées. L’EPA estime que près de 700 milliards de dollars d’investissements seront nécessaires pour simplement entretenir les canalisations d’eaux usées, d’eaux pluviales et d’autres canalisations d’eau propre au cours des 20 prochaines années.

En France, le réseau d’eau potable est vieillissant et percé de nombreuses fuites. Mais le rénover coûte cher : « 150 000 euros pour rénover 1 km ! », estime Marillys Macé, directrice générale du Centre d’information de l’eau. Nos canalisations qui portent l’eau jusqu’à nos portes ont 50 ans et sont à renouveler. Des marchés subséquents sont lancés pour renouveler 3 000 kilomètres de réseau avec pour objectif d’en remplacer 1 % par an, soit 30 km par an. Ce qui signifie des chantiers toute l’année sur l’ensemble du territoire, à 150 000 euros le kilomètre, soit 4,5 millions d’euros par an à débourser seulement pour le renouvellement, en plus de 4 millions d’euros d’investissement par an sur l’amélioration des réseaux. Au total, plus de 8 millions d’euros par an.

Matthew Rosenthal et Billy Gilmartin, tous deux issus du secteur du traitement des eaux usées, aux Etats-Unis ont vu l’occasion de contribuer à résoudre ce problème grâce à la technologie, du moins à petite échelle. Il y a cinq ans, ils ont cofondé SewerAI, qui utilise l’IA pour automatiser les types de saisie de données et de marquage des défauts qui composent une inspection d’égout.

« La plupart des infrastructures ont été construites après la Seconde Guerre mondiale et arrivent à la fin de leur vie utile, ce qui entraîne des défaillances plus fréquentes et une augmentation des coûts », a déclaré Matthew Rosenthal. « SewerAI révolutionne l’inspection et la gestion des infrastructures souterraines grâce à sa plateforme logicielle en tant que service pilotée par l’IA. »

SewerAI a commencé comme un projet parallèle de Matthew Rosenthal ; il avait commencé à suivre des cours en ligne sur l’IA après avoir co-lancé deux entreprises d’analyse et de services pour les eaux usées. Alors qu’il expérimentait des modèles d’IA pour prédire les défauts des égouts dans les vidéos d’inspection, M. Rosenthal a recruté l’aide de Billy Gilmartin, qui travaillait à l’époque dans une société d’inspection des égouts.

Aujourd’hui, SewerAI – dont les clients sont des municipalités, des services publics et des entrepreneurs privés – vend des produits d’abonnement basés sur le cloud et alimentés par l’IA, conçus pour rationaliser les inspections sur le terrain et la gestion des données relatives aux infrastructures d’égouts.

L’un de ces produits, Pioneer, permet aux inspecteurs de terrain de télécharger les données d’inspection dans le nuage et de marquer les problèmes – données que les chefs de projet peuvent ensuite utiliser pour planifier les réparations des canalisations. Un autre outil, AutoCode, marque automatiquement les inspections des canalisations et des trous d’homme, créant des modèles 3D de l’infrastructure à partir de vidéos capturées par une GoPro ou une autre caméra.

« Les opérateurs historiques proposent des logiciels sur site ou sur camion qui ont connu très peu d’innovations au cours des 20 dernières années », lance Matthew Rosenthal. « La technologie de SewerAI permet d’augmenter le chiffre d’affaires et le résultat net en réalisant plus d’inspections par jour à moindre coût.

SewerAI n’est pas seule sur le marché naissant de l’inspection des canalisations assistée par l’IA. Parmi les concurrents de l’entreprise figurent Subterra, qui cartographie, analyse et prévoit les problèmes liés aux canalisations ; ClearObject, qui propose un logiciel permettant d’analyser les images des inspections de canalisations afin d’y déceler des dommages ; et Pallon, qui développe des algorithmes pour repérer les problèmes potentiels à l’intérieur des égouts à partir d’images fixes.

Selon Matthew Rosenthal, ce qui distingue SewerAI, c’est la qualité de ses données, et plus particulièrement la qualité des données d’entraînement de ses modèles. Rosenthal explique que SewerAI dispose d’images d’inspections de 135 millions de mètres de canalisations provenant de municipalités et d’entrepreneurs indépendants. Bien qu’il ne s’agisse que d’une fraction des 6,8 milliards de pieds de tuyaux d’égout aux États-Unis, c’est un ensemble de données suffisamment important pour entraîner une IA compétitive de détection des défauts, dit Rosenthal.

« Nos produits rationalisent les inspections sur le terrain et la gestion des données, ce qui permet aux clients de gérer l’infrastructure de manière proactive au lieu de réagir aux situations d’urgence », explique Matthew Rosenthal.

L’argumentaire de SewerAI a séduit des investisseurs comme Innovius Capital, qui, avec d’autres, a injecté 15 millions de dollars dans la dernière levée de fonds de SewerAI, ce qui porte le total des fonds levés par SewerAI à 25 millions de dollars. Les fonds seront consacrés à l’expansion du marché, à la formation de modèles d’IA, au recrutement et à l’élargissement du portefeuille de produits de SewerAI au-delà des outils d’inspection.

« SewerAI poursuit sa croissance et nous constatons une accélération de la demande pour notre plateforme, car nous permettons aux gens d’en faire plus avec les budgets existants, ce qui nous a permis de conclure nos premiers contrats à sept chiffres », conclut Matthew Rosenthal.

En France, deux sociétés proposent ce même type de technologie pour détecter les fuites: Leakmited et Veolia avec Leak Tracker.

https://techcrunch.com/2024/06/18/sewerai-uses-ai-to-spot-defects-in-sewer-pipes

https://www.sewerai.com