Skip to main content

20 Août, 2019

Le Bitcoin consomme plus d’électricité que la Suisse

Le Bitcoin consomme plus d’électricité que la Suisse

La Judge Business School de l’Université de Cambridge vient de publier ce qui pourrait être le modèle le plus statistiquement fiable et le plus riche en fonctionnalités de la consommation d’énergie de Bitcoin à ce jour.

Le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI) fournit des estimations de l’appétit électrique annuel et en temps réel du Bitcoin avec une source de données en direct qui se met à jour toutes les 30 secondes. Ces points de données sont divisés en trois catégories : limite supérieure, consommation estimée et limite inférieure. Ensemble, ils donnent un écart libéral, moyen et conservateur pour la consommation d’énergie réelle de Bitcoin.

L’équipe de CBECI fournit les trois chiffres afin de peser toutes les possibilités, en croisant un méli-mélo de données de réseau et d’exploitation minière diverses. Le chiffre estimé – actuellement à 7,5 GW pour le temps réel et 53 TWh pour la consommation annualisée – est la meilleure estimation de l’outil pour une évaluation précise du coût de l’électricité de l’exploitation minière Bitcoin.

Méthodologie

La Judge Business School de l’Université de Cambridge a partiellement structuré son modèle après une étude approfondie de Marc Bevand sur l’efficacité énergétique et la présence des ASIC sur le marché.

Marc Bevand a mis en commun les données de fabricants de matériel minier populaires – certains, comme Genesis, étaient plus généreux avec l’information sur leurs produits – et, en utilisant le hashrate du réseau pour évaluer combien de mineurs pourraient être en opération, a utilisé ces données ASIC pour obtenir une estimation de la consommation totale d’électricité de la chaîne de blocs.

Marc Bevand décompose ses chiffres en une catégorie supérieure qui suppose que les mineurs utilisent le matériel le moins efficace disponible, une catégorie inférieure qui utilise l’un des trois ASIC les plus efficaces, et une catégorie estimée qui se situe dans un milieu plus réaliste.

Le modèle de Cambridge suit également une logique similaire en comparant la rapidité, l’efficacité du matériel et la rentabilité, mais il tient ensuite compte de l’efficacité des centres de données qui abritent les fermes minières et du coût moyen de leur électricité. Son modèle à limite inférieure, par exemple, suppose que les mineurs utilisent le matériel le plus efficace possible et que leurs installations fonctionnent avec un rendement énergétique (PUE) de 1,01.

La limite supérieure suppose le contraire et un PUE de 1,2. Pour son estimation la plus probable, Cambridge prend une moyenne de l’efficacité matérielle des deux autres modèles et applique un PUE de 1,1. Chaque modèle suppose alors que le prix moyen mondial de l’électricité est de 0,05 $ kWh (une valeur dérivée de « conversations approfondies avec les mineurs du monde entier », lit-on dans le post).

Cambridge conclut son rapport en soulignant les limites du modèle : En supposant que le coût mondial moyen de l’électricité ne tient pas compte de facteurs dynamiques comme la région et les circonstances saisonnières, et que les spécifications minières fournies par les fabricants ne sont peut-être pas tout à fait exactes (Cambridge n’a peut-être pas non plus eu accès aux données du matériel le plus efficace).

Mesurer

Visuellement, l’appétit électrique annualisé de Bitcoin ressemble à ceci :

Source : École de commerce Judge de l’Université de Cambridge

Sur le site Web de l’outil, vous pouvez ajuster le coût moyen de l’électricité pour jouer avec le modèle – si vous l’augmentez au maximum à 0,20 $, par exemple, la consommation d’énergie estimée tombe à 32 TWh, tandis que si vous la baissez à 0,01 $, elle passe à 62 TWh.

Si vous craigniez d’utiliser 53 TWh par an pour sécuriser le système monétaire endogène de l’Internet, Cambridge propose également une section de comparaison pour voir comment Bitcoin répond à certains des autres besoins électriques du monde.

En moyenne, 25 082 TWh d’énergie sont produits chaque année et 20 863 TWh sont consommés. Le bitcoïn représente 0,21 % et 0,24 % de cette énergie totale, respectivement. L’étude fait également remarquer que les appareils laissés en veille chaque année dans les foyers américains pourraient alimenter l’ensemble du réseau Bitcoin quatre fois par an.

Oh, et Bitcoin pourrait alimenter toutes les bouilloires à thé au Royaume-Uni pendant 11 ans (ou 1,5 dans l’UE et au Royaume-Uni).

Il compare également l’utilisation de Bitcoin avec celle d’autres pays, et oui, Bitcoin utilise à peu près autant de puissance qu’un petit pays (Suisse ou Nigeria, par exemple).

Mais mettons cela en perspective avec d’autres industries : L’exploitation de l’or, selon les chiffres cités dans un article du CoinDesk de 2014, consomme 131 TWh par an, sans compter les procédés de recyclage et de raffinage des bijoux. Entre les guichets automatiques, les succursales, le transport et la disponibilité des serveurs, les banques et les sociétés émettrices de cartes de crédit consomment environ 100 TWh par an. Nous n’avons pas encore tenu compte d’Internet non plus, qui, selon Jon Koomey, membre de la Standford Research Fellow, pourrait représenter 10 % de la consommation totale d’électricité dans le monde.

C’est 50 fois plus que ce que Bitcoin produit, et pourtant personne ne se demande si cela en vaut la peine.

https://bitcoinmagazine.com/articles/cost-sound-money-new-tool-tracks-bitcoins-energy-consumption

https://www.cbeci.org/methodology/

https://www.cbeci.org/comparisons/

http://blog.zorinaq.com/bitcoin-electricity-consumption/#summary