Skip to main content

25 Oct, 2021

La société HT Aero promet une supervoiture volante homologuée en 2024.

La société HT Aero promet une supervoiture volante homologuée en 2024.

HT Aero prévoit d’ajouter à son multicoptère biplace de base, un birotor à pliage automatique.

HT Aero, filiale du chinois XPeng, a dévoilé le design d’une voiture volante étonnante qui, selon elle, est « prévue pour 2024 ». Elle ressemble à une hypercar Bugatti électrique dotée d’une paire d’énormes hélices à pliage automatique dans le style du V-22 Osprey de Bell-Boeing.

Xpeng est une entreprise chinoise de voitures électriques qui existe depuis sept ans et qui connaît une croissance rapide, avec un chiffre d’affaires d’environ 2 milliards de dollars cette année et la livraison d’environ 50 000 voitures. Elle investit massivement dans l’autonomie et l’infrastructure de recharge, tout en commercialisant des voitures comme la P7, qui offrent plus d’autonomie que la Model 3 de Tesla, à un prix inférieur.

La société s’intéresse également de près à la mobilité aérienne urbaine. La semaine dernière, sa société « affiliée » eVTOL HT Aero a annoncé qu’elle avait levé plus d’un demi-milliard de dollars en un seul tour de financement. Selon l’AAM Reality Index, ce chiffre stupéfiant ferait de HT la cinquième société eVTOL la mieux financée au monde.

De gros biscuits en effet – plus de trois fois l’argent liquide avec lequel eHang est censé travailler. Il doit y avoir de sérieux projets en cours dans les coulisses, car l’avion X2 de cinquième génération de HT ne semble pas si impressionnant sur le papier. Il s’agit d’un quadcoptère coaxial à huit rotors d’apparence très basique qui peut transporter deux passagers à des vitesses allant jusqu’à 130 km/h pendant 35 minutes.

Le multirotor biplace de HT Aero, le X2, est un eVTOL à l’allure soignée, mais mérite-t-il un investissement massif compte tenu de la concurrence ?

C’est un bon début, mais la plupart des entreprises qui en sont à leur cinquième itération commenceraient à envisager la transition vers des appareils capables de voler plus loin et plus vite avec plus de personnes à bord. Pas HT Aero. « Notre modèle de prochaine génération », a déclaré le fondateur et président Deli Zhao lors de l’annonce du financement, « sera un véhicule volant et une automobile entièrement intégrés, conçus pour les voyages aériens à basse altitude et la conduite sur route. Nous prévoyons un lancement officiel en 2024. »

Une voiture volante eVTOL, donc. Et à quoi elle ressemble. Cette bête électrique au dôme de verre fera tomber bien des mâchoires avant même qu’elle n’ouvre son compartiment arrière à ailettes pour déployer les deux rotors colossaux sur lesquels elle est censée voler. Vous vous souvenez de ces superbes voitures de sport du futur que Lexus a conçues pour Minority Report à l’époque ? Si l’une d’entre elles épousait une Bugatti Chiron et qu’un aspirateur Dyson était le laitier du quartier, la progéniture pourrait ressembler à quelque chose comme ça.

Si elle prend la route sous cette forme – ce que, franchement, nous ne pensons pas qu’elle fera – elle fera tourner les têtes avant même que les rotors ne soient sortis.

Lorsqu’il est temps de s’envoler, les hélices sortent de la queue surdimensionnée en appuyant sur un bouton, puis tournent et soulèvent la voiture du sol. Oui, il s’agit d’un système de propulsion viable, comme le prouve l’avion militaire Osprey, et avec ces deux rotors contrarotatifs capables de s’incliner indépendamment, vous pouvez obtenir un contrôle total du tangage, du roulis et du lacet.

En effet, ces ventilateurs de grand diamètre offriront une portance verticale plus efficace que la plupart des conceptions à petits rotors, ce qui sera essentiel puisqu’il n’y a pas de mode de croisière avec ailes pour soulager les hélices, et que cet appareil devra supporter tout le poids d’un eVTOL à pliage automatique plus le poids supplémentaire d’une voiture électrique homologuée.

Et c’est là, bien sûr, que réside le problème. Comme notre bon ami Dezso Molnar l’a vigoureusement affirmé, plus ces machines deviennent sophistiquées, plus elles fonctionnent mal, plus elles sont chères et plus le marché se réduit. Celle-ci a vraiment l’air très sophistiquée.

N’oublions pas que les voitures électriques sont déjà lourdes. La Model 3 de Tesla pèse environ 300 kg de plus qu’une Toyota Corolla, par exemple, car les batteries au lithium sont tout simplement très lourdes. Ce n’est pas grave, car les voitures n’ont pas besoin de se soulever du sol. Si le petit multicoptère habité de HT ne peut voler que pendant 35 minutes avec un poids de 560 kg, il est peu probable que l’on puisse voler très loin avec un véhicule beaucoup plus grand et quatre fois plus lourd, doté d’un groupe motopropulseur électrique, de systèmes de freinage, de direction et de suspension, d’airbags, de zones de déformation et de tout ce dont on a besoin pour certifier une voiture pour une utilisation sur route.

Le système de propulsion est similaire à celui du V-22 Osprey, et peut fournir une portance verticale relativement efficace avec un contrôle total du tangage, du roulis et du lacet.

De plus, un système à deux rotors vous donne une redondance de propulsion pratiquement nulle. Non pas que les moteurs électriques tombent souvent en panne, mais les conséquences seront désastreuses, à moins que vous ne voliez suffisamment haut pour que le parachute balistique intégré puisse faire son œuvre. On frémit à l’idée de ce que coûteront les processus exténuants de certification de la double voiture/eVTOL, on se demande quel type de licence sera nécessaire pour faire voler cet appareil dans un endroit pratique, on se demande s’il y a plus de 50 véritables acheteurs pour ce genre de chose, et on frémit encore en pensant à ce que cela pourrait coûter.

Et pourtant, nous y sommes. Il y a très peu de détails disponibles à ce stade, ce qui n’est peut-être pas de bon augure pour une date de lancement en 2024. Mais HT Aero a un demi-milliard de dollars en banque et a annoncé que c’était son prochain modèle. Nous ne pouvons pas dire que ces rendus ne sont pas cool, bien que le chemin vers la production ait brutalisé plus d’un dessin de concept.

En effet, ne vous méprenez pas, nous aimerions autant que quiconque voir ces monstres surdimensionnés sortir de l’autoroute, se déplier comme des couteaux suisses, quitter le sol en vacillant et s’envoler vers le soleil couchant. C’est juste que cela semble être une idée commerciale complètement bizarre pour lancer 500 millions de bananes. Le temps nous le dira.

https://www.aeroht.com/products/products