Skip to main content

28 Mai, 2024

La Malaisie va former 60 000 ingénieurs pour devenir une plaque tournante des puces électroniques

La Malaisie va former 60 000 ingénieurs pour devenir une plaque tournante des puces électroniques

Le Premier ministre malaisien Anwar Ibrahim s’exprime lors d’une manifestation sur les semi-conducteurs à Kuala Lumpur, le 28 mai.

La Malaisie prévoit de former 60.000 ingénieurs locaux hautement qualifiés dans le domaine des semi-conducteurs pour aider le pays à réaliser son ambition de devenir un centre mondial des puces électroniques, a annoncé mardi le Premier ministre Anwar Ibrahim.

Le pays d’Asie du Sud-Est s’efforce de promouvoir l’industrie des semi-conducteurs, en se positionnant comme une plaque tournante neutre pour les fabricants, alors que les entreprises mondiales diversifient leurs chaînes d’approvisionnement dans le contexte de la rivalité croissante entre les États-Unis et la Chine et d’autres tensions géopolitiques.

Dans le cadre de la stratégie nationale sur les semi-conducteurs annoncée mardi, le gouvernement allouera au moins 25 milliards de ringgit (5,33 milliards de dollars) au cours des cinq à dix prochaines années pour encourager les talents et développer les entreprises locales, avec des fonds fournis par des fonds souverains malaisiens tels que Khazanah Nasional.

« Notre vision est de créer un écosystème animé par des entreprises malaisiennes dynamiques et des talents de classe mondiale, tout en établissant des partenariats avec des entreprises internationales, afin d’être compétitif au niveau régional et mondial sur la base de l’innovation et de la créativité », a déclaré M. Anwar mardi, en annonçant cette stratégie lors du salon Semicon Southeast Asia 2024, qui se tient à Kuala Lumpur. « Aujourd’hui, je propose que notre pays soit le lieu le plus neutre et le moins aligné pour la production de semi-conducteurs, afin de contribuer à la mise en place d’une chaîne d’approvisionnement mondiale en semi-conducteurs plus sûre et plus résiliente.

La stratégie vise à former 60 000 personnes aux différents aspects de la fabrication des puces, de la conception à l’emballage, en passant par les essais. Le programme de formation impliquera des universités et des entreprises.

Il est essentiel que la Malaisie dispose d’ingénieurs locaux plus qualifiés si elle veut attirer davantage d’investissements de la part des fabricants mondiaux de puces, d’autant plus que le gouvernement espère que la fabrication de puces sera plus avancée dans le pays.

Selon la stratégie, le gouvernement vise à attirer 500 milliards de ringgit (98 milliars d’€) d’investissements par le biais d’investissements directs nationaux (DDI) et étrangers (FDI). Il soutiendra également les ingénieurs locaux dans la création de propriété intellectuelle sous la forme de conceptions de puces.

La Malaisie s’est lancée dans l’industrie des semi-conducteurs il y a plus de cinquante ans. Le pays fournit environ 13 % des services d’emballage, d’assemblage et de test de puces au niveau mondial, selon l’autorité malaisienne de développement des investissements.

 Un ouvrier inspecte des puces dans une usine d’emballage de semi-conducteurs en Malaisie. Le pays a pour objectif de devenir un centre de premier plan dans ce secteur. 

En décembre 2021, Intel a dépensé plus de 7 milliards de dollars pour construire une usine de conditionnement et de test de puces, dont la production devrait commencer cette année. L’année dernière, l’entreprise allemande Infineon Technologies a annoncé un investissement de 5 milliards d’euros au cours des cinq prochaines années pour construire la plus grande usine de fabrication de puissance en carbure de silicium de 200 millimètres au monde.

La Malaisie s’est récemment efforcée d’encourager la fabrication de produits de haute technologie, notamment de semi-conducteurs. Le mois dernier, le gouvernement a mis en place le « Golden Pass » et d’autres mesures incitatives afin d’attirer dans le pays les principales sociétés de capital-risque et les jeunes pousses technologiques du monde entier. Il a également annoncé la création du plus grand centre de conception de puces intégrées de la région dans l’État industriel de Selangor, près de la capitale.

https://asia.nikkei.com/Business/Tech/Semiconductors/Malaysia-to-train-60-000-engineers-in-bid-to-become-chip-hub