Skip to main content

4 Mar, 2024

Une application de contrôle du visage par l’IA évalue la dépression

Une application de contrôle du visage par l’IA évalue la dépression

L’application MoodCapture pourrait permettre aux personnes souffrant d’un trouble dépressif majeur de garder le contrôle de leur état.

Lorsqu’une personne souffre d’une dépression majeure, il peut être difficile d’évaluer objectivement la gravité de son état. D’ici quelques années, une application smartphone d’intelligence artificielle analysant les visages pourrait permettre à ces personnes de savoir comment elles se portent.

Actuellement développé par une équipe de scientifiques du Dartmouth College, dans le New Hampshire, le prototype de l’application est connu sous le nom de MoodCapture.

Lorsque l’utilisateur déverrouille son téléphone grâce au système de reconnaissance faciale, la caméra frontale de l’appareil prend plusieurs photos de son visage et de son environnement. Un algorithme basé sur l’intelligence artificielle évalue ensuite ces images, en examinant minutieusement l’expression faciale de l’utilisateur ainsi que les images d’arrière-plan.

Si l’application détermine que la dépression de l’utilisateur s’aggrave, elle lui suggérera des mesures telles que faire de l’exercice en plein air ou se rapprocher de sa famille et de ses amis. Dans l’idéal, elle ne lancera pas d’avertissement sévère invitant l’utilisateur à consulter un psychiatre – du moins, pas dans un premier temps – car cela risquerait d’aggraver la situation de l’utilisateur et donc de renforcer sa dépression.

L’IA a été entraînée sur un groupe de 177 sujets répartis en cinq sous-ensembles, qui avaient tous été diagnostiqués comme souffrant d’un trouble dépressif majeur.

Sur une période de 90 jours, le téléphone de chaque personne a pris des photos d’elle au fur et à mesure qu’elle évaluait dans quelle mesure elle était d’accord avec l’affirmation suivante : « Je me suis sentie déprimée ou désespérée ». Cette phrase fait partie du questionnaire sur la santé du patient, qui comporte huit points et qui est largement utilisé pour évaluer la dépression.

Bien que les participants aient accepté d’être pris en photo par leur téléphone, ils n’étaient pas conscients que celui-ci le faisait lorsqu’ils répondaient à la question. Il s’agit là d’un point important, car cela signifie qu’ils ne masquaient pas inconsciemment leurs émotions lorsque les photos ont été prises.

Lorsque les 125 000 photos ont été analysées, l’IA a identifié les expressions faciales (dans certains sous-ensembles) qui coïncidaient avec les réponses les plus catégoriques à l’invitation. Ces expressions comprenaient des variations dans la direction du regard, le mouvement des yeux, le positionnement de la tête et la rigidité musculaire. L’IA a également identifié des facteurs environnementaux récurrents, tels qu’un éclairage fort ou faible et la présence ou l’absence d’autres personnes.

L’application a ensuite été utilisée pour analyser les images des smartphones des autres sous-ensembles à l’aide du modèle d’IA obtenu. L’application s’est révélée efficace à 75 % pour identifier les personnes dont la dépression s’aggravait. On estime qu’une fois la technologie perfectionnée – d’ici cinq ans environ – le taux de précision devrait atteindre au moins 90 %.

Bien que des évaluations psychiatriques cliniques périodiques puissent fournir les mêmes informations de base, le grand avantage de MoodCapture est qu’il devrait permettre aux patients d’évaluer leur maladie beaucoup plus fréquemment, en réagissant rapidement aux baisses de moral avant qu’elles ne s’aggravent.

« Cette méthode tient compte de la nature dynamique et hautement individuelle du trouble dépressif majeur, dont les symptômes peuvent changer considérablement d’un jour à l’autre », nous a expliqué le professeur Nicholas Jacobson, coauteur de l’étude. « En suivant de près ces changements dans un groupe d’individus diagnostiqués avec un trouble dépressif majeur, nous avons cherché à découvrir des schémas et des caractéristiques spécifiques aux changements dans la dépression au fil du temps ».

https://home.dartmouth.edu/news/2024/02/phone-app-uses-ai-detect-depression-facial-cues