Skip to main content

26 Fév, 2024

Un exosquelette italien permet aux utilisateurs handicapés de marcher et de se tenir debout

Un exosquelette italien permet aux utilisateurs handicapés de marcher et de se tenir debout

Deux utilisateurs du Twin ont fait une démonstration de l’exosquelette lors de la présentation de l’appareil.

Un nouvel exosquelette robotisé pourrait permettre aux personnes ayant perdu l’usage de leurs jambes de se lever et même de marcher. Il pourrait également les aider à remarcher sans aide, en guidant leurs mouvements et en les soutenant pendant qu’elles suivent une thérapie de rééducation.

Baptisé Twin, l’exosquelette pour le bas du corps de conception italienne a été dévoilé ce vendredi lors d’une conférence de presse organisée au Musée des sciences et de la technologie de Milan.

Actuellement encore à l’état de prototype, il est développé par des scientifiques de l’Istituto Italiano di Tecnologia (Institut italien de technologie) et de l’Istituto Nazionale Assicurazione Infortuni sul Lavoro (Institut national d’assurance contre les accidents du travail).

Destiné aux patients dont les capacités motrices du bas du corps sont réduites ou inexistantes, il déplace leurs jambes grâce à des moteurs situés au niveau des articulations du genou et de la hanche. Ces moteurs sont alimentés par une batterie embarquée, qui devrait avoir une autonomie d’environ quatre heures par charge d’une heure.

Différentes tailles de supports pour les pieds et les chevilles sont disponibles, et la taille de l’exosquelette peut être ajustée grâce à des liens télescopiques adjacents au fémur et au tibia de l’utilisateur

Twin peut être utilisé dans trois modes opérationnels différents.

En mode marche, destiné aux personnes qui n’ont pas du tout l’usage de leurs jambes, l’exosquelette déplace les jambes de l’utilisateur à sa place et l’aide à s’asseoir et à se lever. La personne doit toujours utiliser des béquilles pour garder l’équilibre, comme c’est le cas avec d’autres exosquelettes d’assistance tels que ceux fabriqués par ReWalk.

Le mode de réentraînement est destiné aux patients qui ont encore une certaine fonction motrice des membres inférieurs, car il leur permet de marcher seuls dans la mesure de leurs capacités, mais intervient avec un niveau d’assistance réglable en cas de besoin. Tout au long du processus, l’exosquelette les guide vers une trajectoire optimale prédéterminée pour le mouvement des jambes.

Enfin, le mode TwinCare est destiné aux personnes qui ont l’usage complet d’une jambe, mais pas de l’autre. Dans ce cas, l’exosquelette stimule le mouvement de la jambe affectée pour qu’il corresponde à celui de la jambe saine. Dans les trois modes, un physiothérapeute ou l’utilisateur lui-même peut modifier les paramètres de la démarche, tels que la longueur/le type de foulée et la vitesse de marche, par l’intermédiaire d’une tablette Android reliée sans fil.

Selon ses concepteurs, Twin se distingue des exosquelettes similaires par le fait qu’il est fabriqué à partir de matériaux légers – un alliage d’aluminium au lieu de l’acier, par exemple – et qu’il présente une conception modulaire qui permet de retirer des composants pour les transporter ou les mettre à niveau.

L’appareil est en cours de développement depuis la fin de l’année 2013 et devrait, si tout va bien, entrer en production prochainement.

https://opentalk.iit.it/iit-e-centro-protesi-inail-presentano-twin-il-nuovo-esoscheletro-robotico-per-arti-inferiori/