Skip to main content

3 Fév, 2018

Si les employés se relâchent, le bracelet le saura. (Et Amazon a un brevet pour cela.)

Si les employés se relâchent, le bracelet le saura. (Et Amazon a un brevet pour cela.)

Que dire si votre employeur vous faisait porter un bracelet qui traque chacun de vos mouvements, et que vous le signale via des vibrations quand il juge que vous faites quelque chose de mal ? Et si votre employeur pouvait identifier chaque fois que vous vous arrêtez pour vous gratter ou remuer, et pendant combien de temps vous êtes resté faire une pause aux toilettes ? Ce qui peut sembler une fiction dystopique (de fiction) pourrait devenir une réalité pour les employés dans les entrepôts d’Amazon dans le monde entier. La société a obtenu une licence pour un tel bracelet, mais personne ne peut dire encore s’il est prévu qu’il soit utilisé.

Les employés d’un entrepôt Amazon à Carteret dans le New-Jersey aux Etats-Unis. 

Le géant de la vente en ligne, qui prévoit de construire un deuxième siège social et a récemment sélectionné 20 villes hôtes potentielles pour cela, a toujours été connu pour expérimenter la technologie interne.

Mais la divulgation du brevet est au cœur d’un débat mondial sur la vie privée et la sécurité. Amazon a déjà la réputation d’une culture sur le lieu de travail qui se nourrit d’un style de gestion percutant, et a expérimenté le fait de pousser au maximum les « cols blancs » dans le but d’atteindre les objectifs de livraison.

Les défenseurs de la vie privée, cependant, notent que beaucoup de choses peuvent mal se passer avec la technologie de suivi quotidienne. Lundi dernier, l’industrie technologique a été secouée par la découverte que Strava, une app de fitness qui permet aux utilisateurs de suivre leurs activités et de comparer leurs performances avec d’autres qui font de la course à pied ou du vélo dans les mêmes lieux, avait indiqué involontairement les emplacements de bases militaires américaines ainsi que le mouvement de leur personnel en Iraq et en Syrie.

Les demandes de brevet, déposées en 2016, ont été publiées en septembre et Amazon les a remportées cette semaine, selon GeekWire, qui a publié la publication des brevets mardi.

En théorie, la technologie proposée par Amazon émettrait des impulsions ultrasonores et des transmissions radio pour suivre les mains de l’employé par rapport à l’inventaire et fournir une «rétroaction haptique» au travailleur dans la bonne corbeille.

L’objectif, explique Amazon dans le brevet, est de rationaliser les tâches « chronophages », comme répondre aux commandes et les emballer pour une livraison rapide. Avec l’aide d’un bracelet, les employés pourraient remplir les commandes plus rapidement.

Les critiques disent que de tels bracelets mettent en avant des problèmes de vie privée et pourraient ajouter une nouvelle couche de surveillance sur le lieu de travail, et que cet usage d’un tel appareil pourrait avoir pour résultat que les employés se sentent traiter plus comme des robots que des êtres humains.

Les employés actuels et anciens d’Amazon ont déclaré que la société utilisait déjà la même technologie dans leurs entrepôts et ont déclaré qu’ils ne seraient pas surpris si les brevets étaient mis en pratique.

De nombreuses entreprises déposent des brevets pour des produits qui ne voient jamais le jour. Et Amazon ne serait pas le premier à utiliser une force de travail rapide. Les entreprises introduisent toujours plus d’intelligence artificielle sur le lieu de travail pour améliorer la productivité et sont souvent utilisées pour surveiller les déplacements des employés.

Une société londonienne développe des systèmes d’intelligence artificielle.

Au Wisconsin, une entreprise de technologie appelée Three Square Market offre aux employés la possibilité d’implanter des puces électroniques sous leur peau, afin de pouvoir utiliser les services de façon transparente.

https://www.nytimes.com/2018/02/01/technology/amazon-wristband-tracking-privacy.html

https://www.cnbc.com/2018/02/02/amazon-holds-patents-for-wristbands-that-track-workers.html

http://pdfaiw.uspto.gov/.aiw?PageNum=0&docid=20170278051&IDKey=0E2634BC1119&HomeUrl=http://appft.uspto.gov/netacgi/nph-Parser?Sect1=PTO1%26Sect2=HITOFF%26d=PG01%26p=1%26u=/netahtml/PTO/srchnum.html%26r=1%26f=G%26l=50%26s1=20170278051.PGNR.%26OS=%26RS=