Skip to main content

16 Fév, 2024

Des parasols dans l’espace pourraient-ils contrer le réchauffement climatique ? Des scientifiques israéliens veulent le savoir

Des parasols dans l’espace pourraient-ils contrer le réchauffement climatique ? Des scientifiques israéliens veulent le savoir

Visualisation du bouclier spatial proposé par une équipe de scientifiques de l’Asher Space Research Institute (ASRI) du Technion-Israel Institute of Technology

Une équipe du Technion est prête à construire un prototype de bouclier pour bloquer le rayonnement solaire ; le projet pourrait réduire la température de la Terre de 1,5 Celsius en deux ans.

Une équipe de scientifiques de l’Institut technologique Technion-Israël a proposé une solution « cool » pour lutter contre le réchauffement climatique : une série de parasols lancés dans l’espace pour atténuer certains des rayons du soleil.

Alors que les scientifiques évoquent depuis des années l’idée de boucliers pour bloquer le rayonnement solaire, une équipe israélienne dirigée par le professeur Yoram Rozen du Technion est désormais prête à construire et à tester un prototype de l’un de ces parasols.

En juillet 2023, l’astronome Istvan Szapudi de l’université d’Hawaï a suggéré de lancer une gigantesque couche d’ombrage d’une taille environ 125 fois supérieure à celle d’Israël, soit à peu près la taille de l’Argentine, pour bloquer les rayons du soleil.

Développant cette idée, Yoram Rozen a postulé que si une couche d’ombre suffisamment grande pour stabiliser le climat serait beaucoup trop lourde à lancer dans l’espace et très coûteuse, une série de couches d’ombre plus petites seraient légèrement moins onéreuses et pourraient fonctionner ensemble pour créer l’effet désiré.

Les calculs reposent sur l’hypothèse établie que si un peu moins de 2 % du rayonnement solaire est bloqué, cela suffirait à refroidir la Terre de 1,5 degré Celsius, ce qui maintiendrait la planète à l’intérieur de limites climatiques gérables. Selon l’Organisation météorologique mondiale, le monde est plus chaud d’environ 1° Celsius qu’avant l’industrialisation majeure.

Le projet de l’institut de recherche spatiale Asher du Technion, baptisé « Cool Earth », vise à placer une ombre au point de Lagrange 1, également appelé L1, un point fixe situé à environ 1,5 million de kilomètres de la surface de la Terre, où les forces gravitationnelles du soleil annulent celles de notre plante. Cela signifie que l’ombre fournie par le bouclier serait continue.

Pour tester la viabilité du projet, l’équipe met au point un démonstrateur technologique inédit dans lequel un bouclier satellitaire sera capable de contrôler et de réduire la quantité d’énergie solaire qui atteint la Terre depuis le soleil.

Yoram Rozen, qui a participé à la conception de l’expérience « Big Bang » du CERN en 2008, a été cité par le New York Times, qui a déclaré que son équipe était prête à construire un écran de 30 mètres carrés, qui coûterait entre 10 et 20 millions de dollars et pourrait être prêt dans trois ans. Si tout se passe bien, a-t-il ajouté, cela démontrerait que la « version grandeur nature » – qui coûterait des milliards – pourrait « réduire la température de la Terre de 1,5 [degré] Celsius en l’espace de deux ans ».

Ce prototype serait lancé par un petit vaisseau spatial, atteindrait L1 et déploierait le bouclier afin de prouver la « faisabilité de la solution d’ombrage », selon l’Asher Space Research Institute.

Le satellite pourra se déplacer vers le soleil et revenir vers la Terre près de L1 en contrôlant la voile d’ombrage, la maintenant en place sans avoir recours à des systèmes de propulsion complexes. En ouvrant et en fermant la voile, il sera également possible de contrôler la quantité d’énergie solaire qui atteint la surface de la Terre en fonction des besoins.

Il s’agirait d’un modèle permettant d’étendre le projet ultérieurement.

« Au Technion, nous n’allons pas sauver la planète », a déclaré Yoram Rozen au New York Times. « Mais nous allons montrer que c’est possible.

https://www.timesofisrael.com/could-parasols-in-space-counter-global-warming-israeli-scientists-want-to-find-out/