Skip to main content

25 Juin, 2018

Comment le Brésil tente de lutter contre la corruption via la Blockchain

Comment le Brésil tente de lutter contre la corruption via la Blockchain

Les initiatives concernant la blockchain et la crypto-monnaie au Brésil sont une arme à double tranchant. Tandis que les startups et les agences gouvernementales travaillent à mettre en place des technologies de blockchain pour améliorer la conformité et réduire la corruption, le 35ème président brésilien, Lula da Silva, est en prison pour un scandale de blanchiment d’argent basé sur le Bitcoin.

Le Brésil, comme le reste du G20, considère les crypto-monnaies comme des atouts plutôt que comme une monnaie légale. Cependant, l’une des universités les plus prestigieuses de São Paulo a lancé cette année un programme de masters en Cryptomonnaies, de sorte que l’on ne sait pas très bien où le Brésil abordera ce débat controversé. De plus, les secteurs privé et public du Brésil adoptent rapidement la technologie blockchain pour gérer les défis politiques et économiques d’une population de 210 millions d’habitants.

Voici quelques exemples de la manière dont les gouvernements et les entreprises mettent en œuvre la blockchain et les crypto-monnaies au Brésil.

La Blockchain et le gouvernement brésilien

Le gouvernement brésilien utilise déjà la Blockchain de diverses façons pour leurs opérations. Deux des initiatives les plus importantes incluent un moyen de réglementer les titres fonciers en Amazonie ainsi qu’un système de gestion pour le processus électoral «de pétition populaire» du Brésil.

En janvier 2018, la société technologique brésilienne Serpro a lancé une plateforme de blockchain qui réglemente les titres fonciers dans le cinquième plus grand pays du monde. Actuellement, il n’y a pas de gestion centralisée des achats de terres au Brésil, laissant à plus de 3400 agences privées la responsabilité de négocier des titres fonciers dans l’ensemble du pays. Reuters estime qu’il y a plus de 5 millions de familles sans terre au Brésil, et dans l’état de Para, il y a quatre fois plus de terres enregistrées que de terres existantes. Serpro travaille aux côtés de la start-up américaine Ubitquity, une société d’enregistrement immobilier soutenue par des blockchains, pour convaincre les Brésiliens d’adopter un système plus sûr. Alors que les efforts sont prometteurs, Serpro reçoit déjà un fort recul de la part des notaires qui gèrent actuellement le processus.

Le système électoral complexe du Brésil passe également à la blockchain Ethereum pour gérer ses «pétitions populaires», un moyen pour les citoyens de porter leurs causes à l’attention du Congrès. Ces pétitions doivent recevoir 1% du vote populaire avant d’être débattues au gouvernement. Mais alors que les militants se déplacent à travers le pays, ils perdent souvent des signatures cruciales. Par conséquent, le gouvernement est en train de développer une application mobile pour aider les citoyens à suivre et gérer ces pétitions sur blockchain.

La Blockchain et les banques brésiliennes

L’année dernière, la Banque centrale du Brésil a commencé à explorer les options de la blockchain pour soutenir l’infrastructure financière du pays. Ils testent actuellement quatre plates-formes : Ethereum, Quorum, HyperLedger Fabric et Corda. Leur plan est de soutenir le système actuel de règlement brut en temps réel (RTGS) de la banque centrale pour se maintenir au niveau des autres banques centrales qui commencent à innover en utilisant la technologie blockchain.

La Banque nationale brésilienne pour le développement économique et social (BNDES) étudie également la blockchain pour enregistrer les dépenses publiques et accroître la transparence. La BNDES est actuellement en train de « tokeniser » (1) le Real brésilien afin de pouvoir l’utiliser dans un hyper-grand livre sur la blockchain d’Ethereum.

Les banques privées, notamment Santander, Itau et Brandesco, ont commencé à expérimenter elles-mêmes la blockchain et les cryptomonnaies avec prudence. Santander a refusé d’ouvrir des comptes pour les courtiers de change Bitcoin, mais a également lancé Santander One Pay FX, le premier service basé sur la blockchain pour les clients finaux au Brésil.

Bradesco expérimente avec eWally un portefeuille numérique basé sur la blockchain, et Itau a récemment créé un centre d’excellence blockchain. La Fédération brésilienne des banques (FEBRABAN) a également créé un groupe de travail chargé d’étudier l’impact des technologies de comptabilité distribuée sur le secteur bancaire brésilien.

Les startups Blockchain au Brésil

Malgré une réglementation peu claire, les consommateurs brésiliens ont rapidement adopté les cryptomonnaies et les technologies blockchain. Foxbit, l’une des plates-formes de courtage de crypto-monnaie les plus en vue du Brésil, a même dû mettre fin à de nouvelles inscriptions de clients en novembre dernier en raison d’une surcharge de la demande. Voici quelques-unes des startups populaires de blockchain fonctionnant au Brésil aujourd’hui:

  • Bitcoin to You: Une plate-forme d’échange Bitcoin à bas prix qui met en place des centres d’échange Bitcoin à travers le pays.
  • CoinBR: Un service d’extraction et d’échange de crypto-monnaie, fondé au Chili avec des opérations au Brésil.
  • Cryptomkt: Un échange de crypto-monnaie chilien qui a récemment étendu ses opérations au Brésil en mars 2018, permettant l’échange d’Ethereum et de Stellar Lumens.
  • uPort: Un système de gestion d’identité basé sur blockchain développé par Consensys. Le ministère brésilien de la Planification, du Budget et de la Gestion teste actuellement la plate-forme pour l’utiliser au Brésil.

Avec l’environnement réglementaire compliqué du Brésil, il faudra peut-être un certain temps avant que la blockchain soit convenablement acceptée et intégrée dans les systèmes de gestion juridique, politique et financier au Brésil. Cependant, la position peu claire du Brésil sur la blockchain et les cryptomonnaies n’a pas empêché les citoyens d’acheter des pièces de monnaie ou d’utiliser des services basés sur la blockchain. Alors que le gouvernement et les banques continuent d’expérimenter la blockchain, le Brésil pourrait devenir un foyer de technologie blockchain, tout comme l’Argentine voisine.

  1. En monétique, la tokenisation est le processus de substitution de données bancaires (numéro de cartes, …) par des données jetables appelées « jeton » (token en anglais). Cette solution permet de rassurer le porteur, notamment en paiement sur Internet ou en NFC

http://www.nathanlustig.com/2018/06/23/how-brazil-is-trying-to-fight-corruption-via-blockchain/