Skip to main content

9 Avr, 2024

Boston Dynamics lance une nouvelle variante de Spot pour la recherche.

Boston Dynamics lance une nouvelle variante de Spot pour la recherche.

Avec l’accès à la nouvelle API de Spot, les chercheurs peuvent apprendre au robot de nouveaux tours surprenants.

Lors de la Nvidia GTC la semaine dernière, le directeur technique de Boston Dynamics, Aaron Saunders, a donné une conférence sur le déploiement de l’IA dans les robots du monde réel, notamment sur la façon dont Spot tire parti de l’apprentissage par renforcement pour s’améliorer en matière de locomotion (nous avons parlé avec Aaron Saunders l’année dernière des robots qui tombent). Et Spot s’est beaucoup amélioré : un robot Spot fait une chute en moyenne tous les 50 kilomètres, alors que la flotte Spot marche collectivement suffisamment pour faire le tour de la Terre tous les trois mois.

Cette flotte est constituée d’un grand nombre de déploiements commerciaux, ce qui est impressionnant pour tout robot mobile, mais cela s’explique en partie par le fait que la version actuelle de Spot n’est pas vraiment destinée à la recherche en robotique, même si plus d’une centaine d’universités abritent au moins un Spot. Boston Dynamics n’a pas donné aux développeurs l’accès aux articulations de Spot, ce qui signifie que toute personne souhaitant explorer la mobilité quadrupède a dû trouver une autre plateforme un peu plus ouverte et permettant des expérimentations.

Boston Dynamics annonce aujourd’hui une nouvelle variante de Spot qui comprend une interface de programmation d’applications (API) de bas niveau permettant de contrôler le robot au niveau des articulations. Par exemple, nous avons déjà appris d’une source crédible que Spot est capable de courir beaucoup plus vite que ce que Boston Dynamics a montré publiquement, et on peut supposer qu’un Spot plus rapide n’est qu’un début.

An animated GIF showing a yellow and black robotic dog jumping onto a stack of boxes in a research lab.

Un GIF animé montrant un chien robotique jaune et noir sautant sur une pile de boîtes dans un laboratoire de recherche. C’est un exemple d’une nouvelle capacité de Spot lorsqu’un contrôleur de locomotion personnalisé peut être utilisé sur le robot.

Lorsque vous achetez un robot Spot à Boston Dynamics, il arrive en sachant déjà marcher. Il est très, très doué pour marcher. Boston Dynamics a tellement confiance dans la capacité de Spot à marcher que vous ne pouvez contrôler le robot qu’à un niveau élevé : Vous lui dites où aller, il décide comment s’y rendre. Si vous voulez faire de la recherche en robotique en utilisant Spot comme plateforme de mobilité, c’est tout à fait possible, mais si vous voulez faire de la recherche sur la locomotion quadrupède, cela n’a pas été possible avec Spot. Mais cela est en train de changer.

Le Spot RL Researcher Kit est le fruit d’une collaboration entre Boston Dynamics, Nvidia et l’AI Institute. Il comprend une API de contrôle au niveau des articulations, une charge utile Nvidia Jetson AGX Orin et un environnement de simulation pour Spot basé sur Nvidia Isaac Lab. Le kit sera officiellement lancé dans le courant de l’année, mais Boston Dynamics commence à le déployer lentement par le biais d’un programme bêta pour les utilisateurs précoces.

D’un certain point de vue, Boston Dynamics a fait les choses à l’envers avec Spot en créant d’abord un produit commercial et en le transformant ensuite en plateforme de recherche. « Au début, nous avons pensé qu’il serait bien d’inclure cette capacité de recherche, mais que cela n’allait pas conduire à l’adoption de cette technologie », a expliqué Aaron Saunders après sa session à la GTC.

Au lieu de cela, Boston Dynamics s’est d’abord concentré sur la diffusion de nombreux Spots dans le monde de manière utile, et ce n’est qu’aujourd’hui, lorsque l’entreprise a le sentiment d’y être parvenue, que le moment est venu de lancer une version de Spot entièrement dédiée à la recherche. C’est en nous sentant à l’aise avec notre produit actuel que nous avons pu revenir en arrière et nous dire : « Comment pouvons-nous maintenant fournir aux gens le type d’accès qu’ils recherchent ? « 

Pour en arriver là, Boston Dynamics a dû travailler d’arrache-pied. Comme on pouvait s’y attendre, Spot a commencé par être une nouveauté pour la plupart des premiers utilisateurs, devenant un projet pour différents types de groupes d’innovation au sein des entreprises plutôt qu’un atout industriel. « Je pense qu’il y a eu un changement à ce niveau », déclare Aaron Saunders. « Nous travaillons beaucoup plus avec des clients opérationnels, et la composition de nos ventes n’est plus dominée par les adopteurs précoces ; nous commençons à voir des ventes répétées et un intérêt pour des flottes de robots plus importantes. »

Le déploiement et le soutien d’une vaste flotte de Spots est l’un des éléments qui ont permis à Boston Dynamics de se sentir à l’aise pour proposer une version destinée à la recherche. Les chercheurs ne sont pas particulièrement amicaux avec leurs robots, car l’objectif de la recherche est souvent de repousser les limites du possible.

Et une partie de ce processus consiste à se familiariser avec ce qui s’avère impossible, ce qui se traduit par des robots qui finissent par terre, parfois en pièces détachées. La version de Spot destinée à la recherche comprendra un plan de service Spot Care obligatoire, qui existe pour servir les clients commerciaux, mais qui apportera certainement plus de valeur aux chercheurs, qui veulent voir quel genre de choses folles ils peuvent faire faire à Spot.

Reste à savoir à quel point ces choses seront folles. Boston Dynamics commence par un programme bêta pour les Spots de recherche, en partie parce qu’elle n’est pas encore certaine du nombre de garanties à mettre en place dans l’API. « Nous devons voir où se situent les problèmes », explique Aaron Saunders. « Nous avons encore un peu de travail à faire pour bien comprendre comment nos clients vont l’utiliser. Décider jusqu’à quel point Spot devrait pouvoir se mettre en danger au nom de la recherche peut être une question difficile à résoudre, mais je suis presque sûr que les participants au programme bêta vont faire de leur mieux pour découvrir le degré de tolérance de Boston Dynamics pour les manigances de Spot. J’espère simplement que, quoi qu’il arrive, ils partageront autant de vidéos que possible. »

Le Spot Early Adopter Program pour le nouveau RL Researcher Kit est ouvert aux candidatures ici.

https://spectrum.ieee.org/boston-dynamics-research-spot