Skip to main content

30 Mai, 2024

Une vidéo montre un chien robot chinois équipé d’un fusil ouvrant le feu sur des cibles

Une vidéo montre un chien robot chinois équipé d’un fusil ouvrant le feu sur des cibles

La Chine a publié des séquences vidéo de ses chiens robots armés de fusils, et c’est à peu près aussi effrayant que vous l’imaginiez probablement.

La semaine dernière, l’Agence France-Presse  a rapporté que la Chine avait fait étalage de chiens robots armés lors d’un exercice militaire conjoint de 15 jours avec le Cambodge, surnommé le « Dragon d’or ».

Et si les images de ces véritables machines à tuer n’étaient pas assez troublantes, une nouvelle vidéo des robots publiée hier par la chaîne de télévision publique China Central Television montre la machine à tuer sautant et plongeant consciencieusement, menant des équipes de reconnaissance et tirant sur des cibles avec sa mitrailleuse dorsale.

« Il peut servir de nouveau membre dans nos opérations de combat urbain », déclare un soldat présenté dans le clip de deux minutes, « remplaçant nos membres pour effectuer des reconnaissances, identifier [l’]ennemi et frapper la cible ».

Selon le rapport, les chiens robots quadrupèdes – en particulier les modèles Go2 de la société de robotique basée en Chine Unitree, à 2 800 $ – peuvent « fonctionner » seuls entre deux et quatre heures.

La vidéo de vidéosurveillance montrait également une série de drones aériens, les qualifiant d’« équipements intelligents sans pilote ». Plusieurs de ces drones ont été vus équipés de mitrailleuses et tirant également.

Bien que la guerre meurtrière par drones ne soit pas vraiment nouvelle, les robots chiens quadrupèdes sont un ajout beaucoup plus récent sur le champ de bataille. Et bien que certaines entreprises de robotique, notamment Boston Dynamics, se soient engagées à ne pas armer leurs chiens robotiques, d’autres sociétés, notamment la société américaine Ghost Robotics, ne partagent pas ces mêmes valeurs.

À cet égard, la Chine n’est pas non plus la seule puissance mondiale à s’intéresser aux chiens robots mortels. L’année dernière, à la suite d’un rapport de Jane selon lequel l’ armée américaine elle-même expérimentait les robots-chiens armés de Ghost Robotics, un porte-parole de l’armée a déclaré à Military.com que la branche militaire « continue d’explorer l’application de l’intégration homme-machine » et « le domaine du possible en matière de capacités de transformation pour les futures formations de combat. »

Traduction : oui, nous testons des robochiens à sangle de fusil.

D’une certaine manière, il semble que les quadrupèdes armés soient devenus une classe en plein essor de robots et d’armes militaires alimentés par l’IA, conçus pour rejoindre – et, certains l’imaginent , éventuellement remplacer – les soldats dans les zones de combat.

Une telle vision de la guerre moderne n’est pas encore pleinement concrétisée, mais certains éléments commencent à se cristalliser.

https://futurism.com/the-byte/video-china-rifle-robot-dog

Mais pourquoi rien ne m’étonne dans ce monde. Les chinois ne sont pas les premiers, ni les derniers dans ce domaine. En 2021, la société Ghost Robotics a présenté un dispositif de fixation d’arme à feu monté à l’arrière par Sword Defense Systems pour son robot Vision 60 lors de l’exposition NDIA Future Force Capabilities en Géorgie aux Etats-Unis.

Le Special Purpose Unmanned Rifle, ou SPUR, se fixe sur le dos du chien robot de votre choix – dans ce cas, le quadrupède Vision-60 de Ghost Robotics. Il pèse 7,7 kg et est équipé d’une caméra thermique Teledyne FLIR Boson avec un zoom optique 30X, capable de repérer des cibles de jour comme de nuit. Et il est précis jusqu’à 1,2 km.

Il tire des cartouches Creedmoor de 6,5 mm, ou des cartouches NATO de 7,62 x 51 mm à la rigueur, avec un chargeur de 10 cartouches. L’ensemble SPUR est doté d’un revêtement en céramique conçu pour rendre sa visibilité plus difficile pour les systèmes de vision nocturne.

Mieux encore, si l’on peut dire, Throwflame est connue depuis un certain temps pour proposer une collection de lance-flammes très originaux et même pour en vendre un monté sur un drone. L’entreprise a ajouté à cette gamme le Thermonator, qui associe un chien robotique quadrupède à son lance-flammes ARC modulaire, alimenté à l’électricité et brûlant de l’essence ou un mélange d’essence et de diesel, ce qui permet au robot de lancer un jet de flammes d’environ 10 m pendant 30 secondes