Skip to main content

10 Juil, 2024

Un verre autoréparable qui se forme au contact de l’eau

Un verre autoréparable qui se forme au contact de l’eau

Le nouveau verre créé par les scientifiques de l’université de Tel Aviv est adhésif, transparent et fabriqué à partir d’acides aminés. Ce verre peptidique solide est fabriqué à température ambiante à l’aide d’un équipement de laboratoire standard.

Un verre transparent, adhésif et autoréparable a été mis au point par des chercheurs de l’université de Tel Aviv (TAU). L’équipe à l’origine de sa création, dirigée par l’étudiant en doctorat Gal Finkelstein-Zuta et le professeur Ehud Gazit, affirme que ce verre ouvre la voie à un large éventail d’applications scientifiques.

Le verre est dérivé d’acides aminés, les éléments constitutifs des protéines ; contrairement au verre conventionnel produit par des procédés à haute température, ce verre se forme spontanément lorsqu’un peptide spécifique – une molécule formée par la liaison d’acides aminés – entre en contact avec de l’eau à température ambiante.

« Le verre commercial que nous connaissons tous est créé par le refroidissement rapide de matériaux fondus, un processus appelé vitrification. L’organisation liquide amorphe doit être fixée avant de s’arranger d’une manière plus efficace sur le plan énergétique, comme dans les cristaux, et pour cela il faut de l’énergie – il faut chauffer à des températures élevées et refroidir immédiatement », a expliqué Gal Finkelstein-Zuta.

Gal Finkelstein-Zuta, doctorant, à gauche, et le professeur Ehud Gazit.

« D’autre part, le verre que nous avons découvert, qui est composé de blocs de construction biologiques, se forme spontanément à température ambiante, sans nécessiter d’énergie telle qu’une chaleur ou une pression élevée. Il suffit de dissoudre une poudre dans de l’eau – comme pour faire du Kool-Aid – et le verre se forme », poursuit-elle.

« Par exemple, nous avons fabriqué des lentilles avec notre nouveau verre. Au lieu de subir un long processus de meulage et de polissage, nous avons simplement déposé une goutte sur une surface, où nous contrôlons sa courbure – et donc sa mise au point – en ajustant uniquement le volume de la solution ».

Ehud Gazit a expliqué sa découverte.

« Le verre de silicate normal que nous connaissons tous est transparent dans le domaine de la lumière visible. Le verre moléculaire que nous avons créé est transparent dans la gamme des infrarouges. Il a de nombreuses applications dans des domaines tels que les satellites, la télédétection, les communications et l’optique. C’est également un adhésif puissant ; il peut coller différents verres ensemble et, en même temps, réparer les fissures qui s’y sont formées », a-t-il déclaré.

« C’est un ensemble de propriétés qui n’existe dans aucun verre au monde, qui a un grand potentiel en science et en ingénierie, et nous avons obtenu tout cela à partir d’un seul peptide – un petit morceau de protéine.

https://www.israel21c.org/self-repairing-glass-that-forms-when-touching-water

https://en-lifesci.tau.ac.il/news/shmunis/gazit/glass