Skip to main content

13 Fév, 2024

Un pansement en coton augmenté tue les bactéries sans utiliser d’antibiotiques

Un pansement en coton augmenté tue les bactéries sans utiliser d’antibiotiques

Le professeur associé Tamer Uyar (à gauche) et le doctorant Mohsen Alishahi examinent le matériau à base de coton.

Les plaies infectées ne sont certes pas une bonne chose, mais la prolifération de bactéries résistantes aux antibiotiques, qui peut résulter d’une utilisation excessive de ces médicaments, ne l’est pas non plus. C’est là qu’intervient un nouveau type de bandage en coton, qui tue les microbes sans recourir aux antibiotiques.

Mis au point par Mohsen Alishahi et ses collègues de l’université Cornell, le bandage intègre un composé organique baptisé « lawsone » (ou acide hennotannique).

Cette substance, naturellement présente dans les feuilles de henné, est connue pour ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et antimicrobiennes. Toutefois, en raison de sa nature hydrophobe (qui repousse l’eau), elle ne peut pas être facilement mélangée et mise en suspension dans une solution liquide. Cela limite sa biodisponibilité et l’empêche d’être bien absorbé par l’organisme.

Pour remédier à cette situation, les scientifiques ont combiné le lawsome avec des cyclodextrines, des hydrates de carbone qui possèdent une cavité intérieure creuse et une surface extérieure hydrophile (qui attire l’eau). En se « cachant » à l’intérieur des molécules de cyclodextrine, les molécules de lawsome ont pu être soigneusement mélangées à une solution liquide.

Cette solution de lawsome/cyclodextrine a ensuite été combinée à de l’hydroxypropylcellulose non toxique. À l’aide d’une technique d’électrofilage, les chercheurs ont ensuite appliqué une couche uniforme de ce mélange sur un coton ordinaire. L’hydroxypropylcellulose contenue dans cette couche a pris la forme de fibres de cellulose nanométriques, ce qui a permis d’augmenter le rapport surface/volume de la solution.

Zoom sur le coton enduit de lawsone/cyclodextrine

Testé en laboratoire avec de la lawsone pure, le coton enduit s’est avéré avoir un effet antibiotique beaucoup plus puissant contre les bactéries gram-négatives et gram-positives. Il était encore plus efficace contre les bactéries E. coli et les staphylocoques, qu’il a permis d’éradiquer.

Les bactéries Gram positives sont classées selon la couleur qu’elles prennent après avoir subi un processus chimique appelé coloration de Gram. Les bactéries Gram positives se colorent en bleu lorsque cette coloration est appliquée. (D’autres bactéries se colorent en rouge. Elles sont dites Gram négatives.)

« Les pansements doivent créer un environnement propice à la cicatrisation et à la prévention des infections », explique M. Alishahi. « En utilisant des matériaux entièrement naturels tels que le coton, la cyclodextrine et la lawsone, ce pansement peut faciliter ces deux aspects car il possède une activité antioxydante et antibactérienne complète. »

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0378517324000498#s0010

https://news.cornell.edu/stories/2024/02/nanofiber-bandages-fight-infection-speed-healing