Skip to main content

20 Juin, 2024

Un outil d’IA pour smartphone détecte les AVC en quelques secondes en analysant les vidéos du visage

Un outil d’IA pour smartphone détecte les AVC en quelques secondes en analysant les vidéos du visage

L’outil pour smartphone est présenté au professeur associé invité Nemuel Daniel Pah.

Si une personne est victime d’un accident vasculaire cérébral, plus vite elle reçoit les soins médicaux appropriés, mieux c’est. Un nouvel outil pour smartphone pourrait y contribuer, en permettant aux premiers intervenants de déterminer si un patient a effectivement été victime d’un accident vasculaire cérébral.

Les symptômes des accidents vasculaires cérébraux sont souvent subtils et/ou ambigus.

Dans ce cas, les patients doivent être évalués par une série de tests une fois arrivés à l’hôpital. Si ces tests indiquent qu’il s’agit d’un accident vasculaire cérébral, le véritable traitement commence. Toutefois, si les médecins savaient qu’un patient entrant est déjà une victime confirmée d’un accident vasculaire cérébral, le traitement pourrait commencer dès son arrivée à l’hôpital.

C’est là qu’intervient l’outil expérimental sur smartphone.

Développé par une équipe de scientifiques de l’université australienne RMIT, le logiciel utilise des algorithmes d’intelligence artificielle pour analyser une vidéo du visage du patient à qui l’on demande de sourire. Si les mouvements musculaires du visage sont trop asymétriques, le logiciel avertit l’utilisateur que le patient a récemment subi un accident vasculaire cérébral.

Le système utilise le système existant de codage des actions faciales, dans lequel les expressions faciales sont décomposées en composantes individuelles du mouvement musculaire appelées unités d’action.

« L’un des principaux paramètres qui affectent les personnes victimes d’un accident vasculaire cérébral est que leurs muscles faciaux deviennent généralement unilatéraux, de sorte qu’un côté du visage se comporte différemment de l’autre », explique le chercheur principal, Guilherme Camargo de Oliveira, titulaire d’un doctorat. « Nous disposons d’outils d’intelligence artificielle et de traitement d’images capables de détecter tout changement dans l’asymétrie du sourire – c’est la clé de la détection dans notre cas.

Testé sur des vidéos de visages de personnes ayant subi un AVC et de volontaires sains, le système s’est révélé précis à 82 % dans l’identification des patients victimes d’un AVC. Ce chiffre devrait s’améliorer au fur et à mesure du développement de la technologie.

Il est désormais prévu de convertir l’outil en une application que les ambulanciers pourraient utiliser pour repérer les accidents vasculaires cérébraux en quelques secondes. En fait, des scientifiques de l’Université polytechnique de Valence et de l’Université d’État de Pennsylvanie ont déjà mis au point des applications similaires. Il convient de noter que, dans tous les cas, des examens plus complets, tels que des tomodensitogrammes, continueraient d’être effectués à l’hôpital.

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0169260724001913?via%3Dihub

https://www.eurekalert.org/news-releases/1048439

https://www.rmit.edu.au/news/all-news/2024/june/stroke-face-screening