Skip to main content

2 Fév, 2023

Un gant sensible à la pression pourrait contribuer à réduire le nombre de mort-nés dans les pays en développement

Un gant sensible à la pression pourrait contribuer à réduire le nombre de mort-nés dans les pays en développement

Un des prototypes de gants – en pratique, un deuxième gant ordinaire serait porté par-dessus.

Selon l’UNICEF, la grande majorité des mortinaissances surviennent dans les pays pauvres. Un nouveau gant chirurgical expérimental sensible à la pression pourrait contribuer à réduire ce nombre, en permettant aux cliniciens d’évaluer l’orientation du bébé dans l’utérus.

Lorsqu’une femme éprouve des difficultés à accoucher, c’est souvent parce que le bébé est positionné de telle manière qu’il ne peut pas passer par le canal de naissance.

Dans les pays plus riches, l’échographie et d’autres technologies peuvent être utilisées pour déterminer si c’est le cas. Ces systèmes montrent également dans quelle position se trouve le bébé, ce qui permet aux obstétriciens de décider de la manière dont il doit être déplacé. Malheureusement, les cliniques des pays en développement ne disposent souvent pas d’appareils d’imagerie aussi coûteux. C’est là que le gant entre en jeu.

Mis au point par des scientifiques de l’University College de Londres, il s’agit en fait d’un gant chirurgical standard dont le bout des doigts est doté de capteurs de pression et de force flexibles, dont la fabrication ne coûte qu’un dollar.

Les capteurs sont constitués de nanocomposites métal-oxyde, qui génèrent un courant électrique lorsqu’ils touchent ou frottent des objets. Il est important de noter qu’ils sont suffisamment fins et sensibles pour fonctionner même lorsqu’un deuxième gant est porté par-dessus, afin de préserver la stérilité.

L’idée est que, si une femme connaît un travail difficile, un clinicien effectuant un examen vaginal peut avec le gant, déterminer l’orientation du bébé en vérifiant où se trouve sa tête et de quel côté il est tourné. En outre, les capteurs indiquent à l’utilisateur la force qu’il applique, afin de ne pas blesser le bébé.

Une image approximative de la tête est actuellement affichée sur l’écran d’un ordinateur relié au système, mais la compatibilité avec les smartphones est en préparation.

« L’écran de l’ordinateur affiche soit une forme de losange (qui correspond à la forme de la fontanelle antérieure, située à l’avant de la tête du bébé), soit une forme de triangle (qui correspond à la forme de la fontanelle postérieure, située à l’arrière de la tête du bébé) », nous a expliqué la scientifique principale, le Dr Shireen Jaufuraully. « Le gant vous indique quel côté de la tête du bébé est ressenti lorsqu’il entre en contact avec les sutures (articulations qui maintiennent les os ensemble) du crâne du bébé. »

Le prototype du gant a déjà été utilisé avec succès pour identifier les sutures sur des têtes de bébés en silicone. Des essais cliniques portant sur des naissances humaines réelles sont maintenant prévus.

« Nous espérons qu’avec une application clinique réussie, le gant pourra être utilisé dans le monde entier, augmentant ainsi la sécurité de l’accouchement vaginal assisté », a déclaré Shireen Jaufuraully.

https://blog.frontiersin.org/2023/01/30/1-smart-glove-could-help-prevent-dangerous-births-by-sensing-fetal-position/

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fgwh.2022.1039477/full?