Skip to main content

25 Oct, 2020

Un capteur sous forme d’autocollant pour le visage pourrait permettre aux patients atteints de SLA de communiquer

Un capteur sous forme d’autocollant pour le visage pourrait permettre aux patients atteints de SLA de communiquer

Le dispositif (illustré ici appliqué à un gobelet) ne devrait pas coûter plus de 10 € environ

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) fait perdre aux gens le contrôle de leurs muscles – malheureusement, cela finit souvent par leur faire perdre la capacité de parler. Un nouvel appareil porté sur la peau pourrait cependant leur permettre de communiquer avec d’autres personnes.

Comme la SLA touche souvent aussi les membres de la personne atteinte, il n’est pas toujours possible d’écrire ou de taper des messages.

Certaines personnes utilisent plutôt des appareils qui mesurent l’activité électrique des nerfs qui contrôlent leurs muscles faciaux. De cette façon, de subtils mouvements des joues ou d’autres mouvements faciaux intentionnels peuvent être utilisés pour transmettre des messages simples préprogrammés.

De tels systèmes ont cependant tendance à être relativement lourds – selon les chercheurs du MIT, ils ne sont pas non plus très précis pour identifier des mouvements spécifiques. À la recherche d’une alternative moins envahissante et plus fiable, les scientifiques ont créé un dispositif flexible, extensible et peu coûteux qui est temporairement appliqué sur la peau du visage. Il n’est pas très visible et peut être rendu presque invisible par l’application d’une couche de maquillage.

Baptisé cFaCES (conformable Facial Code Extrapolation Sensor), l’outil se compose de quatre capteurs piézoélectriques en nitrure d’aluminium, qui sont encastrés dans un mince film de silicone. Lorsque l’utilisateur sourit, remue la joue ou effectue d’autres mouvements du visage, la déformation de la peau qui en résulte exerce une pression sur un ou plusieurs capteurs.

Ceux-ci réagissent en produisant un courant électrique, qui est mesuré par une unité de traitement portable. Différentes intensités de courant sont associées à différents mouvements, qui sont à leur tour utilisés pour transmettre différents messages. Il peut s’agir de phrases simples comme « Je t’aime » ou « J’ai faim ». Une autre possibilité consiste à combiner une série de mouvements pour obtenir des messages plus personnalisés et plus détaillés.

Des tests effectués sur deux patients atteints de SLA ont montré que cette technologie permettait de distinguer avec une précision d’environ 75 % trois expressions faciales : le sourire, les lèvres pincées et la bouche ouverte. La précision et le nombre d’expressions identifiables devraient augmenter au fur et à mesure du développement du système.

On estime qu’une fois commercialisé, l’appareil pourrait ne coûter que 10 €.

https://www.nature.com/articles/s41551-020-00612-w

https://news.mit.edu/2020/sensor-als-communicate-1022