Skip to main content

22 Fév, 2024

Le Secteur des Biopharma peine à concrétiser sa transformation numérique (Étude Benchling)

Le Secteur des Biopharma peine à concrétiser sa transformation numérique (Étude Benchling)

Dans son rapport, l’éditeur Californien de logiciels conçus pour l’industrie de la biotechnologie souligne l’ampleur de l’adoption des technologies, mais aussi les freins de l’industrie pour tirer le meilleur parti des nouvelles technologies.

59 % des répondants du secteur biopharmaceutique utilisent déjà l’IA et l’apprentissage automatique au quotidien.

La société californienne Benchling, éditeur d’un Cloud R&D conçu spécifiquement pour l’industrie biotechnologique, a publié une étude qui montre que l’industrie pharmaceutique est confrontée à un environnement informatique et à des ensembles de données de plus en plus complexes et peinent à suivre les innovations numériques et technologiques alors qu’elle s’efforce d’intégrer l’IA.

Cette étude montre que bien que 59 % des répondants du secteur biopharmaceutique utilisent déjà l’IA et l’apprentissage automatique au quotidien, l’adoption des logiciels conçus pour le cloud est à la traîne, avec seulement 18 % des personnes interrogées qui utilisent le SaaS pour la majorité de leurs travaux de R&D et d’informatique. 

Avec l’absence de solutions technologiques conçues pour des utilisations spécifiques aux besoins de recherches et de développement de la science, les conditions de travaux de recherche dans les laboratoires s’appuient sur des outils complexes trop souvent encore peu adaptés aux besoins : 

  • 53 % des scientifiques utilisent plus de 5 applications logicielles scientifiques uniques par jour
  • 40 % des services informatiques des grandes entreprises prennent en charge plus de 20 applications
  • 84 % utilisent des logiciels customisés, indiquant une persistance des systèmes legacy existants. 

De plus, l’étude de Benchling souligne que 41 % des scientifiques considèrent encore aujourd’hui que la collaboration avec et entre les équipes est un défi, et 38 % ont besoin de collaborer avec 20 personnes ou plus dans leur travail quotidien. 

Les deux plus grands freins à l’adoption des technologies pour faciliter la recherche sont le manque de talents qualifiés et de solutions spécifiques adaptées aux besoins de la science moderne. Pour y remédier, l’industrie doit investir dans des talents adaptés à travailler sur les technologies émergentes et également des solutions conçues spécifiquement pour répondre à la complexité de la science moderne.

« Notre rapport met en évidence les obstacles qui doivent être surmontés pour accélérer les progrès scientifiques. Dans les années à venir, les données et l’IA prendront encore plus d’importance, intensifiant la nécessité pour l’industrie biopharma de se débarrasser des technologies héritées et de fortifier ses fondations numériques. Les entreprises capables d’attirer les meilleurs talents, de favoriser l’alignement entre la R&D et l’informatique, et d’adopter rapidement les nouvelles technologies conçues pour cette nouvelle ère de la biologie, sont en passe de devenir les acteurs les plus influents de la biopharmacie », ajoute Bob Burke, EMEA GM chez Benchling.

https://www.benchling.com/