Skip to main content

16 Déc, 2019

Le pansement guérit les os cassés en retenant un produit biochimique.

Le pansement guérit les os cassés en retenant un produit biochimique.

Une illustration illustrant comment le pansement pourrait être utilisé en fin de compte.

Lorsqu’une fracture se produit, le corps inonde le site de la lésion d’un produit biochimique de guérison baptisé adénosine. Un nouveau pansement est conçu pour absorber cette substance et la garder en place afin qu’elle puisse faire plus de travail.

Normalement, l’adénosine qui est naturellement envoyée aux lésions osseuses est rapidement métabolisée par l’organisme. Ceci met fin au « coup de fouet » de cicatrisation que le produit chimique donne au départ. Sous la direction du professeur Shyni Varghese, des scientifiques de l’Université Duke de Caroline du Nord ont entrepris de mettre au point une méthode de piégeage et d’hébergement de l’adénosine sur le site de la blessure, ce qui lui permettrait d’accomplir son devoir de guérison sur une longue période de temps.

Le résultat est un prototype de bandage qui pourrait être appliqué chirurgicalement directement sur les os fracturés. Il incorpore des molécules de boronate, qui forment des liaisons avec les molécules d’adénosine qui sont présentes au site de la lésion. Au fur et à mesure que ces liens s’affaiblissent, l’adénosine se libère lentement, mais seulement là où elle est nécessaire.

« L’adénosine est omniprésente dans tout le corps en faibles quantités et remplit de nombreuses fonctions importantes qui n’ont rien à voir avec la guérison osseuse « , assure Shyni Varghese. « Pour éviter les effets secondaires indésirables, nous avons dû trouver un moyen de garder l’adénosine localisée dans le tissu endommagé et à des niveaux appropriés. »

L’évolution de la cicatrisation d’une fracture chez une souris traitée avec des bandages qui retiennent l’adénosine native (en haut), sont préchargés d’adénosine externe (au milieu), et ne contiennent aucune adénosine.

Lors d’essais en laboratoire, les os cassés de souris ont été traités à l’aide de trois types de bandages. Il s’agissait de bandages conçus pour retenir l’adénosine produite par les animaux, de bandages qui étaient déjà  » amorcés  » avec de l’adénosine et de bandages qui ne contenaient ni ne pouvaient retenir le produit chimique.

Après une période de trois semaines, bien que toutes les souris aient montré des signes de guérison, celles qui ont été traitées avec les deux types de bandages d’adénosine ont montré une meilleure formation osseuse, un volume osseux plus élevé et une meilleure vascularisation. Les pansements apprêtés pourraient s’avérer particulièrement utiles pour les patients atteints d’ostéoporose, dont l’organisme ne produit pas d’adénosine en réponse à une fracture osseuse.

Les scientifiques travaillent actuellement à augmenter la capacité du pansement à retenir l’adénosine et étudient plus à fond les effets secondaires potentiels. Ils espèrent finalement créer un produit qui se biodégradera sans danger une fois son travail terminé.

https://pratt.duke.edu/about/news/bone-bandage

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/adma.201906022