Skip to main content

19 Fév, 2018

La percée de l’université de Stanford utilise des cellules souches pour créer un possible vaccin contre le cancer

La percée de l’université de Stanford utilise des cellules souches pour créer un possible vaccin contre le cancer

Une nouvelle étude impressionnante menée par des chercheurs de l’Université de Stanford a montré que des souris injectées avec des cellules souches pluripotentes induites (CSPi) inactivées présentent des réponses importantes du système immunitaire à divers cancers. Si l’étude peut être reproduite chez l’homme, cette recherche pourrait ouvrir la voie à un traitement anticancéreux personnalisé révolutionnaire qui vaccinerait essentiellement les patients contre de nombreux types de tumeurs.

Les cellules souches pluripotentes induites sont des cellules souches qui peuvent être récoltées sur des sujets adultes, souvent uniquement à partir d’échantillons de peau ou de sang, puis génétiquement traitées pour redevenir pluripotentes, ce qui signifie qu’elles peuvent se développer dans n’importe quel type de cellule humaine. La première grande révélation de la nouvelle recherche est venue lorsque l’équipe de Stanford a découvert que les CSPi sont superficiellement très similaires aux cellules tumorales, ce qui suggère une utilisation potentielle pour aider à «entraîner» le système immunitaire à mieux cibler les cancers.

Testant la théorie, les chercheurs ont administré à un groupe de souris le vaccin contre le cancer potentiel – génétiquement modifié, inactivé CSPi en combinaison avec un agent immunostimulant générique connu comme un adjuvant. Après quatre injections hebdomadaires du vaccin, les souris se sont vues implantées des cellules du cancer du sein de la souris.

Dans les groupes témoins, le cancer s’est développé, mais chez 70% des souris vaccinées, la taille des tumeurs a considérablement diminué, tandis que les cellules cancéreuses ont été complètement éliminées chez deux souris qui ont vécu plus d’un an après l’expérience. Les résultats ont ensuite été reproduits en utilisant des lignées cellulaires de cancer de la peau et de cancer du poumon.

« Cette approche est particulièrement puissante car elle nous permet d’exposer simultanément le système immunitaire à de nombreux épitopes spécifiques au cancer », explique l’auteur principal, Nigel Kooreman. « Une fois activé, le système immunitaire est en alerte pour cibler les cancers qui se développent dans tout le corps. »

L’énorme point d’interrogation qui plane sur cette recherche est de savoir si elle pourrait être adaptée à des sujets humains. La prochaine étape pour l’équipe est d’examiner si le processus fonctionne dans les cellules humaines in vitro, avant de passer potentiellement à des essais sur des patients humains. L’idée ultime étant que les patients recevraient leurs propres CSPi en conjonction avec les traitements traditionnels contre le cancer.

« Bien que beaucoup de recherches restent à faire, le concept lui-même est assez simple », explique Joseph Wu, auteur principal de l’étude. « Nous prendrions votre sang, fabriquerions des cellules iPS, puis injecterions les cellules pour prévenir les cancers futurs, et je suis très excité par les possibilités futures. »

D’autres chercheurs qui ne sont pas impliqués dans cette étude spécifique sont plus prudents dans leur évaluation. Daniel Davis, professeur d’immunologie à l’Université de Manchester, suggère que rien dans la recherche n’indique que ce traitement soit applicable aux sujets humains.

« En attendant », ajoute Daniel Davis, « comme le font souvent les scientifiques, c’est une bonne nouvelle pour les souris ».

http://med.stanford.edu/news/all-news/2018/02/induced-pluripotent-stem-cells-could-serve-as-cancer-vaccine.html

http://www.cell.com/cell-stem-cell/fulltext/S1934-5909(18)30016-X