Skip to main content

10 Sep, 2018

Des moustiques génétiquement modifiés vont voler librement en Afrique

Des moustiques génétiquement modifiés vont voler librement en Afrique

Une petite nation en Afrique est prête à prendre un grand pari sur la biotechnologie. Mercredi, des chercheurs ont annoncé qu’ils avaient obtenu le feu vert du gouvernement du Burkina Faso pour qu’ils libèrent des moustiques génétiquement modifiés dans la nature.

Cette initiative fait partie d’un plan à long terme visant à éradiquer une espèce transmettant le paludisme. Ce sera la première libération de tout animal génétiquement modifié dans la nature africaine (des moustiques génétiquement modifiés ont été libérés dans la nature ailleurs).

Le paludisme se propage lorsque les parasites infectent les moustiques et que ces insectes le transmettent ensuite aux humains. Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), 445000 personnes sont mortes du paludisme en 2016 et la plupart d’entre elles étaient des enfants en Afrique. Si nous pouvons nous débarrasser de ce type de moustique – ou du moins en réduire le nombre – nous devrions pouvoir réduire le nombre de cas de paludisme et de décès.

Les moustiques que les chercheurs prévoient de libérer dans le village burkinabé de Bana ce mois-ci seront des mâles génétiquement modifiés pour être stériles. Ces moustiques ne sont pas destinés à éradiquer le paludisme – ils seront là pour aider les habitants à faire confiance à la communauté scientifique.

S’ils parviennent à atteindre cet objectif, les chercheurs du Burkina Faso, ainsi que ceux des pays africains, à savoir le Mali et l’Ouganda, espèrent libérer plus tard des moustiques «génétiques» dans la nature. À la différence des moustiques approuvés par le gouvernement burkinabé, ces moustiques auront été modifiés génétiquement pour porter des mutations destinées à affaiblir la population et qu’ils transmettent à tous leurs descendants.

Personne n’a jamais mis en liberté un animal modifié par la génétique, et ce pour de bonnes raisons: c’est très risqué. Si la libération de ces moustiques stériles génétiquement modifiés entraîne des conséquences imprévues, nous pouvons simplement attendre que tous les insectes meurent. Une fois que nous avons libéré des moustiques génétiques dans la nature, nous n’avons pas de bouton «Annuler». Mais compte tenu du nombre de décès dus au paludisme, le risque pourrait bien valoir la récompense potentielle.

https://futurism.com/genetically-engineered-mosquitoes-africa/

https://www.statnews.com/2018/09/05/release-genetically-engineered-mosquitoes-africa/

https://www.cdc.gov/parasites/malaria/index.html