Skip to main content

4 Nov, 2019

Cette jambe bionique offre à la personne amputée une expérience semblable à celle de Terminator.

Cette jambe bionique offre à la personne amputée une expérience semblable à celle de Terminator.

Tommaso Lenzi avec l’amputée Kerry Finn, l’un des premiers testeurs de la jambe bionique de l’Utah aux Etats-Unis.

Pour que les jambes prothétiques permettent vraiment aux amputés de retrouver leur liberté de mouvement, elles devront être légères, imiter la mécanique naturelle d’une jambe humaine, être autoalimentées et donc sans câble. Des chercheurs de l’Université de l’Utah ont travaillé à la réalisation de ces objectifs et montrent maintenant ce qu’ils appellent l’une des premières jambes véritablement bioniques du monde, avec un premier testeur qui la décrit comme une expérience semblable à Terminator.

La jambe prothétique a été mise au point par une équipe de génie mécanique dirigée par le professeur adjoint Tommaso Lenzi, qui a entrepris de développer un outil pour les personnes âgées amputées. Cela signifie que la prothèse a été conçue non seulement pour les aider à retrouver leur mobilité, mais aussi pour être légère et réduire le stress sur d’autres parties du corps lorsqu’elles sont en mouvement.

Tommaso Lenzi et son équipe y sont parvenus en intégrant des accéléromètres, des gyroscopes, des moteurs, des capteurs de force et de couple ainsi qu’un processeur informatique dans une prothèse en titane et en aluminium, pesant environ 2,7 kg. Grâce à l’intelligence artificielle, ce réseau de capteurs permet à la jambe d’identifier sa position dans l’environnement, tout en effectuant des ajustements à la volée en fonction du rythme de marche de l’utilisateur, de sa vitesse et de la distance entre les pas.

Les chercheurs attribuent l’efficacité de ce système de transmission à la capacité de la prothèse à adapter dynamiquement sa distribution d’énergie en fonction de l’activité de l’utilisateur.

« Si vous marchez plus vite, il marchera plus vite pour vous et vous donnera plus d’énergie « , assure Tommazo Lenzi. « Ou elle s’adapte automatiquement à la hauteur de la marche. Ou elle peut vous aider à franchir les obstacles. »

Les chercheurs ont demandé à un groupe de 10 participants d’essayer la prothèse, qu’ils ont baptisée la jambe bionique de l’Utah. Parmi eux se trouvait le chauffeur de camion à la retraite Kerry Finn, qui a perdu sa jambe à cause d’une maladie vasculaire. Au laboratoire de l’Université de l’Utah, cela lui a permis de marcher deux pas à la fois, tout en exerçant moins de contraintes sur son moignon qu’avec une prothèse classique.

L’amputée Kerry Finn essaie la jambe bionique de l’Utah

« Si vous avez déjà vu « The Terminator », c’est ce que c’était », précise Kerry Finn. « J’avais l’impression de pouvoir faire des choses que je ne pouvais pas faire avant. Chaque fois que j’ai fait un pas, c’était un sentiment génial. »

À partir de là, l’équipe espère continuer à améliorer le mouvement de la jambe, y compris la façon dont elle pourrait suivre l’activité musculaire dans le membre résiduel pour anticiper les mouvements de l’utilisateur à l’avance, un objectif poursuivi de longue date dans ce domaine de recherche.

« La capacité de marcher est essentielle à votre vie et à la poursuite de ce que vous voulez faire. Quand le simple fait de se lever est douloureux et que marcher signifie avoir peur de tomber, on ne peut pas continuer sa vie et on est coincé à la maison « , dit Tommazo Lenzi. « Il s’agit de rendre la bionique accessible à tous et pas seulement aux jeunes et aux plus performants. »

https://unews.utah.edu/bionic-breakthrough/