Skip to main content

18 Mai, 2022

Une nouvelle cible pour traiter la perte d’audition liée à l’âge est soulevée par une vaste étude génétique

Une nouvelle cible pour traiter la perte d’audition liée à l’âge est soulevée par une vaste étude génétique

Un grand nombre des gènes associés à la perte auditive semblent être liés à une structure de l’oreille connue sous le nom de stria vascularis.

Une méta-analyse récemment publiée a mis en évidence 10 nouvelles variantes génétiques qui contribuent à la perte auditive liée à l’âge. Les résultats indiquent qu’une partie de l’oreille connue sous le nom de stria vascularis pourrait jouer un rôle dans la déficience auditive.

La perte auditive liée à l’âge est si répandue que la plupart des gens la considèrent comme un phénomène normal et attendu du vieillissement. Mais de nombreux chercheurs pensent qu’il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi, et des études récentes ont mis en évidence de nouveaux moyens de prévenir la perte d’audition, ou même de restaurer l’audition après qu’elle se soit détériorée.

Une grande partie de la recherche actuelle sur le traitement de la perte auditive liée à l’âge s’est concentrée sur la restauration des cellules ciliées sensorielles qui tapissent l’oreille interne. L’hypothèse la plus courante pour expliquer la perte auditive liée à la vieillesse est la dégénérescence de ces cellules ciliées.

Mais ce n’est pas la seule hypothèse qui circule …

À l’intérieur de la cochlée se trouve une structure appelée la stria vascularis. Cette structure joue un rôle majeur dans notre audition et certains chercheurs soupçonnent depuis longtemps que la dégénérescence de la stria vascularis liée à l’âge pourrait influencer la perte d’audition.

« Depuis les années 1970, on a émis l’hypothèse que la stria vascularis pouvait jouer un rôle dans la perte d’audition chez l’homme, mais les preuves moléculaires de cette hypothèse manquaient jusqu’à aujourd’hui », a déclaré le coauteur principal de la nouvelle étude, Christopher Cederroth.

Ces nouvelles preuves proviennent d’une méta-analyse englobant 17 études et plus de 700 000 personnes. Les chercheurs ont cherché des liens génétiques avec la perte d’audition et ont trouvé 48 variantes significatives associées aux déficiences, dont 10 étaient entièrement nouvelles.

Le plus intéressant est qu’un grand nombre des gènes associés à la déficience auditive sont exprimés dans des parties de la cochlée liées à la stria vascularis. Cela constitue une bonne preuve que cette structure de l’oreille joue un certain rôle dans la perte auditive liée à l’âge.

Les chercheurs soulignent clairement que la perte d’audition est un trouble profondément hétérogène et qu’un grand nombre de facteurs différents sont susceptibles de contribuer à la perte d’audition d’un individu à un âge avancé. On pense que la génétique est responsable de 36 à 70 % de la déficience auditive liée à l’âge d’une personne, et que les facteurs environnementaux ou liés au mode de vie représentent le reste.

L’étude n’indique donc pas une seule cause magique et universelle de la perte auditive chez les personnes âgées. Au contraire, elle offre de bonnes preuves que la dégénérescence de la stria vascularis joue un rôle, et cette connaissance aide les chercheurs à définir de nouvelles cibles pour les médicaments ou les thérapies géniques qui pourraient prévenir la perte auditive à l’avenir.

« Nos résultats identifient 10 gènes nouvellement liés à la perte auditive », explique Frances Williams, co-auteur. « Cette étude indique des gènes que nous pourrions cibler à des fins de dépistage, de développement de médicaments et même de thérapie génique à l’avenir. Cette étude fournit une base solide pour améliorer à terme les thérapies contre la perte auditive. »

https://www.cell.com/ajhg/fulltext/S0002-9297(22)00158-6

https://www.kcl.ac.uk/news/hope-for-treatments-against-hearing-loss-as-10-genes-identified