Skip to main content

31 Jan, 2022

Un vaccin nasal contre la grippe renforcé par des nanoparticules fournit des données préliminaires prometteuses

Un vaccin nasal contre la grippe renforcé par des nanoparticules fournit des données préliminaires prometteuses

Des expériences sur des souris ont révélé qu’un vaccin nasal contre la grippe induisait de fortes réponses immunitaires dans le nez et les poumons.

Des chercheurs de l’université d’État de Géorgie ont produit un nouveau vaccin intranasal contre la grippe enrichi en nanoparticules. Les résultats d’une étude préclinique qui viennent d’être publiés démontrent que ce spray nasal unique induit des réponses immunitaires locales et systémiques robustes pendant plus de six mois chez les modèles animaux.

Les vaccins nasaux inhalables ont longtemps été considérés comme le Saint Graal des vaccins contre les virus connus pour s’installer dans les voies respiratoires supérieures d’une personne. L’idée est que l’administration d’antigènes vaccinaux directement sur les muqueuses nasales pourrait entraîner ce tissu local à monter plus rapidement une réponse immunitaire au moment où un virus pénètre dans le corps humain.

Mais la production d’un vaccin intranasal efficace s’est révélée être un énorme défi pour les scientifiques depuis des décennies. Les muqueuses du nez et des voies respiratoires supérieures sont épaisses, et de fortes doses d’antigènes vaccinaux sont souvent nécessaires pour déclencher une réponse immunitaire.

Aux États-Unis, il existe déjà un vaccin intranasal contre la grippe dénommé FluMist et son efficacité peut varier d’une année à l’autre en fonction des souches dominantes de grippe en circulation.

FluMist est connu comme un vaccin vivant atténué, ce qui signifie qu’il contient des particules virales réellement actives. Le virus contenu dans ces types de vaccins a été affaibli pour garantir qu’il ne provoque pas de maladie grave, mais il existe toujours un risque d’infection avec les vaccins vivants atténués. Cela signifie donc qu’ils sont souvent limités à de jeunes groupes en bonne santé (dans ce cas, des sujets sains âgés de 2 à 49 ans).

Ce nouveau vaccin intranasal contre la grippe emprunte une voie plus traditionnelle, en entraînant le système immunitaire à cibler une seule petite partie du virus de la grippe. Dans ce cas, le vaccin présente au système immunitaire une partie d’une protéine située à la surface du virus de la grippe, appelée hémagglutinine (HA).

Les vaccins actuels contre la grippe ciblent souvent la tête des protéines HA, mais cette partie du virus est connue pour muter fréquemment, ce qui oblige à reformuler les vaccins chaque année. Au lieu d’utiliser la tête des protéines HA comme antigène du vaccin, les nouveaux vaccins antigrippaux en cours de développement ciblent la tige de ces protéines. On pense que les tiges des HA sont conservées d’une mutation à l’autre, ce qui signifie qu’un vaccin efficace utilisant cette cible antigénique pourrait offrir une protection universelle contre les mutations annuelles de la grippe.

La principale innovation de ce nouveau candidat vaccin intranasal des chercheurs de la Georgia State University est la création d’une nanoparticule complexe capable de présenter au système immunitaire des antigènes de la tige de l’HA ainsi que plusieurs autres structures qui amplifient la réponse immunitaire.

La nanoparticule est d’abord construite à partir d’un polymère appelé polyéthylèneimine (PEI). Les chercheurs ont ensuite incorporé une substance connue sous le nom de CpG dans la nanoparticule afin d’amplifier davantage la réponse immunitaire.

« Les nanoparticules PEI-HA/CpG présentent un bon potentiel en tant que candidat vaccinal à protection croisée contre la grippe », a déclaré Baozhong Wang, auteur correspondant de la nouvelle étude. « La combinaison de PEI et de CpG dans le groupe de nanoparticules PEI-HA/CpG a contribué aux réponses immunitaires multiformes, conduisant à une protection croisée vigoureuse. L’incorporation de CpG et d’antigènes dans la même nanoparticule a renforcé les réponses immunitaires cellulaires. »

Les premières études sur les souris ont révélé que ce nouveau vaccin intranasal à nanoparticules induit des réponses immunitaires larges et robustes pendant plus de six mois. Il semble que la combinaison unique d’une nanoparticule à base de PEI et d’un renforcement immunitaire CpG aide l’antigène de la tige HA à déclencher de fortes réponses immunitaires à travers les surfaces muqueuses.

Le premier auteur de l’étude, Chunhong Dong, estime que ces études préliminaires sont prometteuses, mais note qu’il reste du travail à faire avant que le vaccin ne soit prêt à passer aux études humaines. Ces premiers tests sur les animaux n’ont révélé aucun effet indésirable du vaccin, mais d’autres travaux sur la sécurité sont nécessaires avant que les essais cliniques puissent commencer.

« Les plateformes de nanoparticules ont montré des caractéristiques intrigantes et un grand potentiel dans le développement de la prochaine génération de vaccins antigrippaux à protection croisée », a déclaré Chundong Dong. « Toutefois, la recherche et le développement de vaccins à base de nanoparticules se heurtent à des difficultés. Bien qu’aucun effet indésirable apparent n’ait été observé dans l’étude, une évaluation plus complète de la sécurité du système d’adjuvant nanoparticulaire est nécessaire avant les essais cliniques. »

https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acsami.1c19192

https://news.gsu.edu/2022/01/28/intranasal-flu-vaccine-with-nanoparticles-to-enhance-immunity-offers-robust-protection-biomedical-sciences-researchers-find/