Skip to main content

3 Mai, 2022

Un système basé sur les ultrasons permet aux utilisateurs de ressentir les mondes de la RV dans leur bouche

Un système basé sur les ultrasons permet aux utilisateurs de ressentir les mondes de la RV dans leur bouche

Grâce au système d’haptique buccale, Vivian Shen ressent la sensation du liquide sur ses lèvres lorsqu’elle prend une boisson virtuelle.

En plus de fournir aux utilisateurs des images et des sons, certains systèmes de RV procurent également des sensations tactiles aux mains. Un nouveau système à ultrasons permet toutefois aux utilisateurs de sentir le monde virtuel sur et dans leur bouche, sans contact physique.

Ce système peu coûteux est développé au sein du Future Interfaces Group de l’université Carnegie Mellon, par une équipe comprenant Vivian Shen, étudiante en doctorat, Craig Schultz, boursier post-doctoral, et Chris Harrison, professeur adjoint. Il intègre un réseau phasé de 64 minuscules transducteurs à ultrasons, qui sont fixés sur la face inférieure d’un casque VR existant, de manière à être placés au-dessus de la bouche de l’utilisateur.

En coordination avec les images et les actions visualisées et entendues dans le casque, les transducteurs émettent des ondes acoustiques qui se propagent dans l’air jusqu’à la bouche. Le déclenchement des transducteurs est programmé de manière à ce que leurs ondes interfèrent les unes avec les autres en des points spécifiques de l’espace, à savoir sur les lèvres, les dents ou la langue de l’utilisateur.

Les vibrations qui en résultent sont ressenties comme des sensations tactiles, reproduisant la sensation d’activités telles que boire à une fontaine d’eau ou même embrasser. Selon le type d’action à simuler, les ultrasons peuvent prendre la forme d’impulsions focalisées, d’effleurements de la bouche ou de vibrations persistantes.

Les ondes ultrasoniques utilisées par le système ne sont pas audibles par l’oreille humaine.

Lorsque le système a été testé sur 16 volontaires, il s’est avéré particulièrement performant pour procurer la sensation de se brosser les dents, de sentir des gouttes de pluie passer à travers une fenêtre ouverte et de sentir une araignée marcher sur les lèvres.

Il s’est avéré moins performant lorsqu’il s’agissait de sensations telles que marcher dans des toiles d’araignée, car les sujets testés s’attendaient à ressentir ces activités sur tout leur corps. En fait, selon M. Shen, la technologie ne fonctionnerait pas bien sur des zones autres que les mains et la bouche, où la densité des terminaisons nerveuses n’est pas aussi élevée.

Les scientifiques s’efforcent maintenant de rendre le système plus petit et plus léger, et d’ajouter d’autres effets haptiques à son répertoire. Ils présentent leurs travaux ce lundi à la Nouvelle-Orléans, lors de la conférence de l’Association for Computing Machinery sur les facteurs humains dans les systèmes informatiques.

https://www.cs.cmu.edu/news/2022/mouth-haptics-chi

https://www.figlab.com/research/2022/mouth-haptics