Skip to main content

3 Mar, 2022

Les Nations unies approuvent une résolution mondiale historique visant à « mettre fin à la pollution par les plastiques ».

Les Nations unies approuvent une résolution mondiale historique visant à « mettre fin à la pollution par les plastiques ».

Les Nations unies ont signé un accord historique portant sur l’ensemble du cycle de vie des matières plastiques, dans le but de prévenir la pollution continue de la planète.

Plus nous en apprenons sur l’ampleur de la pollution plastique qui contamine les rivières, les océans et même les sommets de la planète, plus la nécessité d’une action coordonnée et de grande envergure se fait pressante. Dans ce qui est salué comme un jour historique, les dirigeants mondiaux réunis à l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement ont approuvé une résolution inédite qui prend en compte l’ensemble du cycle de vie du matériau afin de réduire son impact croissant sur le monde naturel.

En 1950, environ deux millions de tonnes de plastique étaient produites dans le monde. En 2017, ce chiffre était passé à 348 millions de tonnes, dont une grande partie est conçue pour un usage unique et éliminée de manière inadéquate, puis se retrouve dans l’environnement où elle a des répercussions largement incalculables sur les organismes vivants.

Si nous avons encore beaucoup à apprendre sur le plastique à cet égard, les scientifiques commencent à faire des découvertes alarmantes sur les dangers qu’il représente pour les humains, les animaux et même les plantes. Grâce aux recherches publiées ces dernières années, nous savons que les particules de plastique peuvent altérer la forme des cellules pulmonaires et avoir des effets toxiques plus larges sur les cellules humaines, provoquer des changements dans la reproduction des poissons et s’infiltrer dans la barrière hémato-encéphalique des souris.

Plutôt que de mettre en avant des solutions de nettoyage ou de présenter des moyens de prévenir ces effets néfastes sur les organismes vivants, les experts en la matière soulignent régulièrement que la nécessité de traiter le problème à la source constitue la meilleure ligne de conduite. Cela signifie qu’il faut travailler à des choses comme les économies circulaires pour le plastique et le développement et l’utilisation de matériaux alternatifs.

Intitulée « Mettre fin à la pollution plastique », la résolution signée aujourd’hui par les dirigeants de 175 pays lors de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement vise à atteindre ce type d’objectifs. Les travaux commenceront cette année pour rédiger un accord juridiquement contraignant pour 2024, qui devrait porter sur l’ensemble du cycle de vie du plastique, y compris sa production, sa conception et son élimination. Cela signifie qu’il faudra étudier des solutions de remplacement et concevoir des produits et des matériaux réutilisables et recyclables.

« Ce jour marque le triomphe de la planète Terre sur les plastiques à usage unique », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations unies pour l’environnement. « Il s’agit de l’accord multilatéral environnemental le plus important depuis l’accord de Paris. C’est une police d’assurance pour cette génération et celles à venir, afin qu’elles puissent vivre avec le plastique et ne pas être condamnées par lui. »

https://www.unep.org/news-and-stories/press-release/historic-day-campaign-beat-plastic-pollution-nations-commit-develop