Skip to main content

24 Fév, 2022

Les baskets Cryptide imprimées en 3D sont conçues pour laisser une empreinte mythique

Les baskets Cryptide imprimées en 3D sont conçues pour laisser une empreinte mythique

Les baskets Cryptide imprimées en 3D sont dotées d’une chaussette super flexible sur le dessus et d’une semelle plaquée hautement technique et déformable conçue pour laisser des empreintes mystifiantes.

Le designer allemand Stephan Henrich a une approche sauvage, très détaillée et futuriste de la forme, et son interprétation du trope bien connu des baskets imprimées en 3D en est un excellent exemple. Un peu plus qu’une chaussette moulante sur le dessus, la semelle surélevée présente des phalanges qui se déforment de façon dynamique et qui laissent les passants perplexes lorsqu’ils voient vos traces.

Imprimées en un seul passage par chaussure, les baskets Cryptide sont principalement conçues pour mettre en valeur le système d’impression 3D S2 de Sintratec, ainsi que le matériau élastomère TPE de la société, qui ressemble à du caoutchouc. Les structures plus minces sont très flexibles, tandis que les structures plus épaisses peuvent absorber beaucoup plus d’énergie avant de se déformer. C’est pourquoi le dessus de la chaussure est très mince et perforé pour être respirant, tandis que la semelle est plus structurelle, conçue spécifiquement pour faire face aux forces attendues générées par la marche et la course.

Stephan Henrich sépare les cinq orteils sur la conception de la semelle plaquée, chacun pouvant rouler vers l’avant pour créer l’impression d’une griffe acérée. Vos empreintes de pas dans la terre ou le sable amèneront donc les gens à se demander si Bigfoot n’est pas passé dans le quartier, et c’est bien ce qui a donné leur nom aux Cryptides : un cryptique est une bête mythique.

La semelle est conçue pour laisser les empreintes d’une bête mythique

Les chaussures semblent conçues pour être équipées d’une paire d’attaches à cliquet pour les fermer en toute sécurité, bien que celles-ci n’aient pas encore été installées. Selon Stephan Henrich, il devrait être assez simple de scanner en 3D les pieds des gens et de créer un jeu de Cryptides aux dimensions parfaites, mais en réalité, ces chaussures resteront probablement un objet d’exposition de Sintratec, et donc aussi bonnes que des bêtes mythiques du point de vue des acheteurs de chaussures réels. Ce n’est pas grave ; d’après la vidéo, elles ne semblent pas prêtes à fonctionner particulièrement bien, se déformant dans certaines directions bizarres lorsqu’on les pose.

Le style d’Henrich est technique et audacieux, et nous ne pouvons résister à l’envie de vous montrer ce concept scandaleux qu’il a proposé en 2009 pour un vélo cruiser AWD « Infinity », équipé d’un seul pneu modulaire maintenu en place par des écarteurs hydrauliques pour former des roues avant et arrière virtuelles.

Le concept scandaleux de la bicyclette Infinity, avec un seul pneu déformable pour les deux roues virtuelles.

Complètement impraticable ? Bien sûr, mais nous aimons les bonnes idées de côté, et celle-ci n’a rien à envier aux autres. Plus récemment, Stephan Henrich a travaillé sur un « Cocooner 3D » conçu pour imprimer des formes tridimensionnelles en treillis à partir de verre électronique durci aux UV, sans aucun support, et sur un robot jardinier arachnéen spécialisé dans les champignons. Que quelqu’un trouve à ce type un emploi dans un film de science-fiction.

https://sintratec.com/2022/01/the-cryptide-sneaker-by-stephan-henrich/