Skip to main content

26 Sep, 2022

Instagram travaille enfin à la protection des utilisateurs contre les photos de nu non sollicitées.

Instagram travaille enfin à la protection des utilisateurs contre les photos de nu non sollicitées.

Meta dit que la fonctionnalité sera facultative et qu’elle en est encore aux premiers stades de développement.

Instagram travaille sur un moyen de protéger les utilisateurs contre la réception de photos de nus non sollicitées dans leurs DM (Messages Directs). La société mère d’Instagram, Meta, a confirmé à The Verge que la fonctionnalité était en cours de développement après qu’un chercheur d’applications ait publié une première image de l’outil.

Selon Meta, les contrôles optionnels des utilisateurs, qui en sont encore aux premiers stades de développement, aideront les gens à se protéger des photos de nu ainsi que d’autres messages indésirables.

Le géant de la technologie a comparé ces contrôles à sa fonction « Mots cachés », qui permet aux utilisateurs de filtrer automatiquement les demandes de messages directs contenant des contenus offensants.

https://twitter.com/alex193a/status/1571924946183397377

Selon Meta, la technologie ne permettra pas de visualiser les messages réels ni de les partager avec des tiers. « Nous travaillons en étroite collaboration avec des experts pour nous assurer que ces nouvelles fonctionnalités préservent la vie privée des gens, tout en leur donnant le contrôle sur les messages qu’ils reçoivent », a déclaré Liz Fernandez, porte-parole de Meta.

Meta indique qu’elle partagera plus de détails sur cette nouvelle fonctionnalité dans les prochaines semaines, à mesure que les tests se rapprocheront.

Un rapport publié au début de l’année par le Center for Countering Digital Hate, une organisation britannique à but non lucratif, a révélé que les outils d’Instagram n’ont pas réagi à 90 % des messages directs abusifs basés sur des images envoyés à des femmes très en vue. Beaucoup d’entre elles ont reçu des images sexuelles de la part d’hommes, et même la fonction « mots cachés » n’a pas pu filtrer complètement les gros mots comme « b*tch ».

Pendant ce temps, l’année dernière, le Pew Research Center a publié un rapport qui a révélé que 33 % des femmes de moins de 35 ans avaient été harcelées sexuellement en ligne.

Le travail sur la nouvelle fonctionnalité d’Instagram intervient alors que le cyberflashing, qui consiste à envoyer des messages sexuels non sollicités à des inconnus – souvent des femmes – en ligne, pourrait bientôt devenir une infraction pénale au Royaume-Uni si le Parlement adopte le projet de loi sur la sécurité en ligne.

Le cyberflashing n’est toutefois pas un crime dans la majeure partie des États-Unis, bien que le Texas ait fait du cyberflashing un délit en 2019. Et ce, malgré le fait que certains experts estiment qu’il peut être tout aussi dommageable psychologiquement que les abus sexuels qui ont lieu en personne.

« Certains se manifesteront et diront que [le cyberflashing] est inoffensif », a déclaré au HuffPost le professeur Clare McGlynn de la Durham Law School, expert en abus sexuels basés sur l’image. « Tout le monde se bat avec le fait que ce n’est pas un face à face, mais vous ne pouvez pas classer les infractions sexuelles comme ça. Le préjudice des délits sexuels est si important et différentes formes de délits peuvent avoir le même impact sur différentes personnes. »

https://www.theverge.com/2022/9/21/23365079/instagram-meta-cyberflashing

https://www.vice.com/en/article/5dgedk/instagram-failing-to-protect-women-from-unsolicited-dick-pics-report

https://www.pewresearch.org/internet/2021/01/13/the-state-of-online-harassment/

https://www.theverge.com/2022/7/14/23214995/uk-online-safety-bill-provisions-delayed-timeline-tory-leadership-chaos

https://apnews.com/article/austin-laws-wa-state-wire-ca-state-wire-pa-state-wire-7e6192f8c06a4b36acdcc705a76b2fdb

https://www.huffingtonpost.co.uk/entry/cyberflashing-real-life-vs-flashing-online_uk_5bfe81ede4b030172fa8d278